Partagez | .
 

 SELYANA + write it on the skyline and tell them all i know now

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Selyana Z. James



bienvenue à tuscaloosa baby

Messages : 179
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 27
Localisation : Chez moi :D
Emploi/loisirs : traductrice-interprête

Un peu plus sur moi
love ::
mes petits secrets ::



MessageSujet: SELYANA + write it on the skyline and tell them all i know now   Lun 27 Mai - 16:49




Selyana Zoélynn James

- J'ai pas envie de faire d'erreurs ! - Faut pas appartenir à l'espèce humaine alors, deviens canard
PRÉNOMS + Selyana Zoélynn NOM + James ÂGE + 23 ans DATE+LIEU DE NAISSANCE + 25 novembre 1990 ORIGINES + américaine & italienne METIER/ETUDES + traductrice STATUT CIVIL + here. ORIENTATION SEXUELLE + hétérosexuelle STATUT FINANCIER + moyen GROUPE + i'm proud to be here AVATAR + dianna agron CRÉDITS + here.

Questions time
1) Aimes-tu vivre à Tucaloosa ? + Oui j'aime beaucoup, j'adore cette ville.
2) Quel est ton endroit favori ? + mon endroit favori ? dehors, les rues, le petit parc, enfin là où on est pas enfermé.
3) Que penses-tu de ces habitants ? + ça dépend des gens, mais je ne suis pas du genre à juger au premier abord, en plus, je suis plutôt sociable, enfin, ce n'est que mon humble avis hein.
4) Et sinon, t'aimes bien le matin, qu''est-ce que tu fais ? + Le matin ? Je grogne après mon réveil, je me lève péniblement, je me traine vers la machine à café, je prends quelque chose à base de chocolat et je vais me préparer direction le boulot, qu'est-ce que tu crois toi?
5) Tu te vois comment dans 10 ans ? + Seule l'avenir me dira. Mais franchement, j'espère avoir une jolie maison et aussi voyager un peu plus que je ne le fais actuellement, je n'aime pas trop rester sur place comme ça.
Si j'étais...
+ une fleur: un lys
+ une saison: le printemps
+ une musique: i gotta feeling - BEP
+ un sentiment: la joie
+ un livre: où est-tu? - Marc Levy
+ un film: la ligne verte
+ une musique: Wonderwall - Oasis
+ un endroit: un parc
0 un personnage fictif: cendrillon
+ une personne réelle: ma mère
+ un animal: un chien

PRENOM/PSEUDO + angélique/ wild.hapiness ÂGE + 17 ans TU PENSES QUOI TU FORUM? + joker hein Very Happy QUELQUE CHOSE POUR L’AMÉLIORER? + here. PERSONNAGE INVENTE OU SCENARIO? + inventé. UN DERNIER MOT? + Je vous kiff les loulous I love you.




Dernière édition par Selyana Z. James le Lun 27 Mai - 18:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Selyana Z. James



bienvenue à tuscaloosa baby

Messages : 179
Date d'inscription : 16/05/2013
Age : 27
Localisation : Chez moi :D
Emploi/loisirs : traductrice-interprête

Un peu plus sur moi
love ::
mes petits secrets ::



MessageSujet: Re: SELYANA + write it on the skyline and tell them all i know now   Lun 27 Mai - 16:54




on est devenue des experts dans le sabotage de notre bonheur
Dans un magasin. Ma mère nous emmène faire notre sortie hebdomadaire : les courses. On était cinq à cette époque, là, j’avais quatre ans. Ma grand-mère était là pour une fois. Les grands faisaient toute une comédie à ma mère pour qu’elle leur achète du chocolat. Je la regardais avec un grand sourire. Moi aussi, je voulais du chocolat, il n’y avait pas de raisons. Pourquoi eux et pas moi ? J’attendais qu’elle le fasse d’elle-même. Mais non, elle prit quatre œufs et non cinq. J’avais les yeux qui s’embuèrent de larmes, instinctivement et quand on monta dans la voiture. Je me mis à pleurer, les grands me regardaient avec leur air supérieur. Ils avaient gagné à nouveau. Ma mère me regarda en levant les yeux « Qu’est-ce que t’as encore à pleurer Selyana ? » me demanda-t-elle comme si tous les jours, je le faisais. Je la regardais et je continuais à pleurer. J’étais faible à cette époque là, je n’avais pas beaucoup de caractère. « Moi aussi je voulais du chocolat ! » dis-je dans un sanglot. Quand elle demanda aux grands de partager, bien sûr, il n’y en avait pas un pour relever le niveau surtout Peter et Chase, les deux ainés. Tyler, un autre de mes frères était limite prêt à partager avec un peu de négociation mais pourtant, en voyant la réaction des autres, ma grand-mère ne put s’empêcher de piquer un fard. Heureusement qu’elle était là elle. « Sophia, tu vas chercher un œuf à ta fille et tout de suite, tant que tu ne l’auras pas fait, je refuse de démarrer ma voiture. » le ton de ma grand-mère était vraiment autoritaire. Elles ont commencé par se prendre la tête mais au final, ma mère partit m’en chercher un. J’avais eu comme tous les autres mais ce n’était pas sans mal.

Ca a toujours été comme ça et ceux depuis que j’étais en âge de me débrouiller. Les grands avaient beaucoup plus d’attention que moi. Depuis toute petite, j’étais cette fille au caractère bien trempé quand on venait me perturber mais je n’étais pas forcément dure. J’avais tout de suite su me débrouiller, à quatre ans. Je faisais déjà mon petit déjeuner le matin, je savais regarder ce que je voulais à la télé, m’habiller toute seule et me doucher toute seule. Je ne passais plus par ma mère qui ne supportait pas ça parce que je n’avais plus tellement besoin d’elle contrairement aux autres. Avec mes frères et sœurs, tout nous séparait, déjà physiquement. Je suis la seule blonde aux yeux marrons, ils sont tous bruns aux yeux verts. Mon père, il faisait peu de cas de moi aussi parce que je ressemblais trop à ma mère et ça le dérangeait. Alors, ceux qui lui ressemblaient aussi bien physiquement que mentalement en traitant ma mère comme un chien, ils avaient beaucoup plus de privilèges. Un cadeau d’anniversaire par exemple.. La seule personne qui m’aimait à ma juste valeur, c’était ma grand-mère maternelle. Elle me protégeait, elle en faisait beaucoup plus pour moi que mes propres parents. Mon échappatoire, c’était la musique, le dessin et le cinéma et plus tard, l’écriture. Je me surprenais à rêver, d’une maman et d’un papa qui ferait tout pour que je me sente bien, en tous cas, ici, ce n’était pas le cas.

Chapitre 2 : Je ferais de mes larmes mon seul combat..


La situation que je vivais toute petite a perdurait. J’étais trop gentille, je n’avais pas les armes pour me défendre. En plus on a eu un autre bébé dans notre grande famille : Gale. Mon petit frère avec qui on a cinq ans de différence. Cinq ans et beaucoup plus avec les autres. J’étais fan de Gale. J’avais toujours rêvé d’avoir un petit frère ou une petite sœur. Il était le chouchou de ma mère et j’étais toujours autant invisible, ma grand-mère se battait sans relâche pour moi mais au fond, il n’y avait pas grand-chose à faire. Alors je me reculais, je prenais de plus en plus mon indépendance, je m’emmurais dans un silence, profond. Je coupais les ponts avec ma famille. Au début, j’étais trop gentille mais chaque crasse que mes frères ainés Peter et Chase me faisaient, je leur rendais avec grand plaisir. Je suis aussi passé par les périodes où j’ai pleuré comme quand, ils ont saccagé ma chambre et que ma mère m’a ordonné de ranger alors que je n’avais rien fait. Ils m’ont regardé faire et n’ont jamais levé le petit doigt. J’avais envie d’exploser, je les regardais, j’avais tellement les nerfs contre eux. Je me vengeais bien, la colle sur l’oreiller, les araignées dans la chambre et quand ils ont hurlé comme des filles. Une véritable guerre entre mes ainés et moi. Je m’entendais bien avec Lola et Tyler mais j’étais dans ma bulle, toujours un peu à l’écart. C’était mieux comme ça mais j’avais mon caractère. Je le reflétais dans mes écrits et mes dessins. Malgré la situation familiale, j’arrivais toujours à garder le sourire et à faire la folle. Je n’étais absolument pas la même chez moi et en cours. Une bande d’amis tout aussi fou que moi. On s’adorait tous les un et les autres. On faisait tout et n’importe quoi. On adorait faire crier les vieux, faire tourner en bourrique les touristes, se poser à une terrasse et faire les clients chiants, faire du football dans le parc et je passe encore beaucoup de souvenirs. C’était la belle époque.

« Je suis enceinte ! » prononça Lola en pleurant lorsqu’on était tous réunis dans la famille. Ce fut la nouvelle qui bouleversa la famille tout entière, elle avait 16/17 ans. Je me rappellerais toujours de la scène : Tyler et moi sur l’ordinateur, mes parents devant la télé et Gale avec notre mère et notre nouveau beau-père. On s’était tous regardé, j’avais bloqué avant de rigoler. Ma mère m’en balança une puis deux avant de s’arrêter et de m’insulter. « Tu ne feras rien de bien dans la vie Selyana, t’aurais du surveiller ta sœur, t’aurais du nous prévenir qu’elle avait un copain. Je ne sais pas ce que j’ai mérité pour avoir une fille comme toi.. » C’est vrai que ma sœur et moi étions particulièrement proche à cette époque-là. Je n’entendis pas la suite, comme d’habitude, c’est moi qui prenais alors que j’avais rien fait. Mon père avait lâchement fuit ses responsabilités depuis trois ans. Il vivait à 200 kilomètres et il n’avait pas l’air de vouloir nous voir. J’enfouissais toutes ces émotions à l’intérieur de moi. Je dessinais, j’écrivais, ça faisait longtemps que je n’avais rien écrit de sombre. Je pensais sérieusement à fuir ma ville que j’affectionne tant. Je n’en pouvais plus de ma vie ici, ils empoisonnaient complètement mon existence, surtout ma mère. J’étais au lycée pour faire des lettres, elle voulait que je devienne scientifique pour que je puisse lui envoyer de l’argent, mais la science et moi ça fait genre 100 000. Je n’arrivais pas à croire qu’elle me tienne responsable pour les bêtises de ma sœur. Comme d’habitude, ma mère allait trop loin et soit tout le monde s’en foutait ou avait peur d’elle. Tyler monta quelques minutes plus tard, pour me prendre dans ses bras. Ca me faisait chier pour mon frère qui était entre les deux mais je ne pouvais plus vivre comme ça. Cette situation durait depuis bien trop longtemps.
Pendant la grossesse de ma sœur, tout le monde était aux petits soins avec elle. Elle devenait une vraie garce, elle jouait de son statut et elle me gonflait. Quelle idée de garder un bébé à 17 ans, ma sœur était complètement inconsciente mais j’allais finir par lui coller son bol de fraise par la tronche. Elle ne supportait pas apprendre et quand ses hormones lui jouaient des tours, on s’en prenait plein la tronche mais au fond, on se soutenait Tyler et moi, le père du bébé à lâchement abandonné ma sœur..

Mon neveu est arrivé et je fus la plus heureuse des tantes. J’étais aux anges et complètement gaga de ce petit garçon. Le comportement de ma sœur changeait de jour en jour, elle devenait de plus en plus agressive, elle ne contrôlait plus ses nerfs. Je faisais énormément de dessins de mon neveu, j’adorais lui apprendre des bêtises, être une tante comme une pote. Je n’avais que 15/16 ans après tout. Ma sœur et moi on se rapprochait pour s’éloigner complètement lorsqu’elle abandonna sa famille et qu’elle partit vivre chez notre père après un différent avec mon beau-père sur l’éducation du petit. C’était son portrait craché, Lola me dégoutait tellement que notre dernière dispute, on a fini dans l’eau de la piscine entrain de se frapper comme des mecs. Se tirer les cheveux, très peu pour nous.
Quand je passais mon diplôme de lettres et d’arts, j’étais totalement en panique. Personne n’avait essayé de me rassurer sauf mon frère Tyler et ma grand-mère. Ma grand-mère, c’était vraiment comme une mère pour moi. Ma mère concentrait toute son attention sur ses autres enfants et en particulier Gale. Mon petit-ami de l’époque, me soutenait aussi. On faisait des plans secrètement, on voulait partir, loin, loin d’ici. Il me promettait tant de belles choses et en matière d’amour, je suis vraiment conne et naïve. Je croyais à tous ce qu’il me disait, qu’un jour, on s’enfuirait, loin, très loin et qu’on vivrait notre histoire d’amour comme on le veut puisque ma mère et mon beau-père ne pouvait pas voir mon petit-ami et refusait que je l’approche. C’était des heures interminables de disputes entre ma génitrice, bibendum et moi. Ma mère finissait toujours par cracher son venin. Avoir ce diplôme, c’était lui prouver que je n’étais pas une raté. Je l’ai obtenue avec une petite mention. Je me rappelle encore le plaisir que j’ai eu à lui coller le diplôme sous le nez. Aucun de ces chouchous et même pas Sam avait réussi à faire mieux. J’ai fêté ça comme il se le devait le soir avec mes amis. Un jour, je reçois une lettre, ma demande pour l’université a été accepté et je saute partout, dans toute la maison. Enfin, une de mes demandes, je ne partais pas loin de chez moi, j’avais même le choix de rester près de chez moi et je suis resté sauf qu’après une violente dispute avec ma mère, deux mois après mon entrée à l’université, moi aussi j’ai déserté le nid familiale, je n’avais plus besoin de cette famille qui ne m’aime pas et je me croyais invincible avec mon copain, je pensais que c’était l’homme de ma vie..
Chapitre 3 : La route est longue..

Le premier jour où John et moi avons emménagé ensemble, c’était génial, tout était à son nom. Ses parents ayant contribué, ils avaient tous mis au nom de leur fils. Les quatre premiers mois se passèrent bien. Il cherchait un emploi, j’avais décroché un job dans une boite de nuit en parallèle avec mes cours de lettres pour devenir traductrice. J’adorais passer du temps avec John. J’étais moi-même, la fille taré, qui fait sa blonde mais qu’on adore. Je ne regrettais pas mon choix d’être partie avec John, c’était l’homme de ma vie de toute façon. Enfin.. Homme de ma vie, c’était vite dit. La fin du premier semestre arriva. Quand j’entendis des bruits suspects dans notre chambre, bon. Je me faufilais doucement dans notre chambre et je le trouvais au lit avec une autre fille, ce fut vraiment un coup dur. Dans ces moments-là, je me serais cru l’âme d’une guerrière, lui balançant tous les objets que j’avais à porté de main, et le regarder avec un sourire fière et ne même pas pleurer et bien non. J’étais devant la porte entrain de pleurer comme une conne. Leurs coups de reins cessèrent immédiatement. « Putain ! » s’exclama-t-il. Trop tard mon bonhomme, dans mon malheur, il se trouva aussi ridicule mais ça ne me fit même pas sourire. Non, je venais de me faire briser le cœur en beauté par un mec. J’étais partie à l’hôtel, je ne voulais pas embêter les gens et encore moins vivre avec ce connard. Enfin bon, l’hôtel, c’était gentil mais moi j’avais besoin d’un appartement et vite. Mon frère Tyler me remontait le moral, c’est même lui qui m’héberge à l’heure actuelle. J’ai de la chance de l’avoir. On s’entend bien et j’essaie de me retrouver un appartement au plus vite. Tyler ne me pousse pas, mais sa me gêne de ne plus avoir mon indépendance. Ma grand-mère, je passe lui rendre régulièrement visite, c’est grâce à elle que je suis devenue cette belle jeune fille. J’ai un emploi stable, je épanouie dans ce que je fais. Je veux une nouvelle vie, je ne suis pas la fille la plus à plaindre car j’ai la santé, même si c’est dur, même si je n’ai jamais eu de chance, j’ai quand même un bon dieu pour moi et la force de l’esprit. Je suis indépendante et je le revendique. Je n’ai besoin de personnes pour d’exister, pourtant, je ne veux pas couper les ponts complètement avec ma mère, j’ai eu la faiblesse de revenir après notre dispute mais nos rapports sont froid. Mon père, je ne le vois pas et je ne veux pas non plus, il nous a quand même abandonné. Jamais je ne lui pardonnerais. Mais ma mère, malgré tout, je sais qu’elle m’aime même si c’est moins que les autres.. Ma nouvelle vie, je suis trop contente de l’avoir et pourtant je n’ai pas eu besoin de me dépaysé pour l’avoir.


Revenir en haut Aller en bas
 

SELYANA + write it on the skyline and tell them all i know now

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [ Parc d'attraction Minecraft ] Skyline
» Nissan Skyline R34 - Drift

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Tuscaloosa :: GESTION DE VOTRE PERSONNAGE :: Passage obligatoire à la mairie :: Dossiers acceptés-