Partagez | .
 

 This night is sparkling, don't you let it go ◊ matteo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

A. Neelàh Stone



bienvenue à tuscaloosa baby

Messages : 62
Date d'inscription : 09/06/2013

Un peu plus sur moi
love ::
mes petits secrets :: Le fait d'avoir été harcélé continuellement pendant des années pour son poids.



MessageSujet: This night is sparkling, don't you let it go ◊ matteo   Dim 9 Juin - 17:30



one more night
ft. Matteo and Neelàh
Mercredi après-midi, la sonnerie retentit dans les couloirs de l’université et je prends mon sac rapidement et sort en trombe également. Je n’aime pas sortir la dernière, c’est un tic qui est toujours là. Bien sur que je me sens mieux, dans cette ville, personne ne me connait, personne ne connait Alyannah la baleine, surnom qu’on m’avait donné dans le Missouri. Surnom horrible qui a résonné pendant des années, à l’heure d’aujourd’hui, je ne peux toujours pas me regarder dans un miroir de haute en bas. Je pose mon sac dans ma voiture, à l’arrière et je démarre et je fonce jusqu’à la rivière. J’ai besoin de me détendre un peu, les examens allaient bientôt arriver et je sais que j’allais stressée alors chaque soir, je viens à la rivière, réviser mes cours en musique. Je n’ai pas le droit de me planter à mes partiels, ça clouerait tout le spectacle. Tuscaloosa est une ville merveilleuse où il fait bon vivre, enfin pour moi. On voit que la ville a été un peu dévastée mais ça va encore, elle a plutôt était épargnée. J’enlève mon gilet a un feu rouge car il fait chaud, on voit que c’est bientôt l’été et ça me met de bonne humeur, encore plus que s’il pleuvait. Arrivé à destination, je me gare sur le parking en face de la rivière, je chope mon sac qui est sur la banquette arrière et je sors ensuite en verrouillant la voiture. J’ai mis un pantalon et un haut qui dissimule un peu mes formes. Il y a des gens qui sont venus aussi s’y promener quand mon regard croise le leur, je baisse les yeux. J’ai l’impression qu’ils me jugent et je ne veux pas déranger. Je ne veux pas qu’on remarque, je sais que ça fait un peu paranoïaque comme réaction mais imaginez vous que pour moi, ça fait depuis le collège que ça dure. Je sais que je me fais des idées et que le monde ne tourne pas forcément autour de moi et de mes kilos en trop, enfin maintenant ça va, j’en ai plus. Je me trouve un coin, près d’une barque. Je me mets au sec et je pose alors mes affaires, je mets mes cheveux long et bruns sur le côté. Le soleil commence à se coucher, c’est magnifique, je prends une photo avec mon portable pour saisir le moment et l’intensité de la scène même si la photo ne sera jamais aussi belle qu’avec un appareil photo. On dirait une scène romantique, je vois des couples et ça me fait mal. Je n’ai pas cette chance là, on se fout constamment de moi. J’espère que cette ville me fera plus bénéfique que la précédente. Je mets le nez sur mes cours mais au final, j’ai même plus envie de réviser, j’ai pas de lampe de poches et enfaites je voulais juste profiter de cette vue, je range mes cours dans mon sac et alors je m’allonge, mes cheveux en contact avec l’herbe juste pour regarder le soleil se coucher. Je ferme quelques instants les yeux avant de les rouvrir et le visage de Matteo en haut du mien, je fais un de ces bonds. « Tu m’as fait peur ! » lui dis-je doucement avec un petit sourire. Je me redressais ensuite et je mis ma main au dessus de mes yeux pour le regarder.
img onyxeyes@tumblr / code diesel
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Matteo H. Whitaker



bienvenue à tuscaloosa baby

Messages : 73
Date d'inscription : 31/05/2013

Un peu plus sur moi
love :: Personne, j'veux pas m'attacher
mes petits secrets :: joue de la guitare, est chanteur et compisteur



MessageSujet: Re: This night is sparkling, don't you let it go ◊ matteo   Dim 9 Juin - 20:52


Ce sir-là, j'avais besoin d'être seul. La raison? Ma mère qui avait pris contact avec moi. Elle voulait soi disant rattraper le temps perdu. Est-ce que je devais la croire? Est-ce que je devais réellement lui faire confiance? Même avec toute la bonne volonté du monde, je ne voulais pas la faire entrer dans ma vie. Elle m'avait abandonner, il y a 21 ans. On en restait là. Certains diront que c'est cruel, d'autres penseront que je suis égoïste. Mais dans l'histoire, je ne sais pas lequel de nous deux est le plus égoïste, au final. Ce soir)là, je n'avais pas eu envie de rester chez moi, jouer de la guitare et chanter ne me disait rien non plus et faire la tournée des bars encore moins. Je voulais juste être seul, loin de tous le monde.

Je n'avais pas pris ma voiture. Mes pas m'avaient guider le long de la rivière. J'étais habillé avec un jogging et un sweat. J'avais mis ma capuche, en mode bad boy ou racaille, comme vous voulez. Ca me donnait peut-être un genre de malfrat mais je m'en moquais. Je me foutais totalement de ce que les gens pouvaient dire ou penser de moi. S'ils sont pas content, dans le pire des cas, ils vont voir ailleurs. Je marchais le long de la rivière, il n'y avait pas énormément de monde. C'est alors que je vis Neelàh. Elle était allongé sur l'herbe. Je m'approche d'elle et reste debout à côté à la regarder. Elle ouvre enfin les yeux et sursaute. J'eus un sourire, je lui répondis:

« Dis-le si j'ressemble à un monstre, t'sais. » Je marqua une brève pause, prit le temps de m'asseoir à côté d'elle et ajouta: « Qu'est-ce que tu fais là toute seule à cette heure? Ca va pas? »

Cette fille je l'adorais. Non c'est vrai, elle est gentille mais un peu renfermé sur elle même. On dirait un peu moi en fait. La différence, c'est que je n'étais pas le genre de mec qu'il fallait énerver, je pouvais me montrer violent quand je le voulais. Ouais, j'avais aussi mon petit côté bad boy que beaucoup ne connaisse pas. Je regarda alors en face de moi tout en attendant une réponse de Neelçh.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

A. Neelàh Stone



bienvenue à tuscaloosa baby

Messages : 62
Date d'inscription : 09/06/2013

Un peu plus sur moi
love ::
mes petits secrets :: Le fait d'avoir été harcélé continuellement pendant des années pour son poids.



MessageSujet: Re: This night is sparkling, don't you let it go ◊ matteo   Dim 9 Juin - 21:26



one more night
ft. Matteo and Neelàh
Je sentais que je me reconstruisais petit à petit ici. Pourtant, je n’arrivais pas à oublier Noah et tout le mal qu’il m’a fait. Je garde tous ces messages dans mon téléphone. Il n’a pas abandonné et il continue encore à m’en envoyer mais je refuse de lui parler. Il savait, il savait à quel point mon passé m’avait fait souffrir, il n’avait réellement pas le droit de faire ça. C’était la personne que j’aimais le plus, j’aurais pu faire beaucoup de chose pour lui.. Il s’est foutu de moi comme tous les autres, une envie de crier et de péter un câble, j’avais envie. Une envie de tuer mon cœur pour qu’il ne tombe plus amoureux. Une envie de devenir aussi insensible que les idiots qui me persécutaient mais malheureusement pour moi, je ne suis pas capable d’une telle cruauté. Pourtant ces messages, pour me faire un peu de mal, j’avais besoin de les lire, me dire que tout ce qu’on a vécu, ce n’était pas complètement de la comédie. Bref, Matteo était devant moi, c’était un garçon que j’aimais bien mais je ne pouvais pas lui parler, enfin, je n’y arrivais pas. J’étais très méfiante et j’avais tendance à me replier sur moi-même et pourtant je lui donnais une chance. On devenait un peu proche mais je ne me livrais pas à lui, je ne veux pas qu’il me voit comme une pauvre fille sans défense. Je parle très peu de mon passé, parce que je ne veux plus repenser à tout ça, pourtant chaque seconde j’y pense et chaque seconde ça me hante. C’est une rengaine incessante dans ma tête. J’ai instinctivement senti son regard sur moi et je dois avouer que ça m’a complètement déstabilisée car j’essayais de m’imaginer ce qu’il pensait de moi. Lui faisais-je pitié ou pensait-il que j’étais trop grosse ? Je ne voulais pas savoir.. « Dis-le si j'ressemble à un monstre, t'sais. » j’étais complètement déstabilisée, son regard sur moi me fit baisser la tête, j’ai horreur qu’on me regarde parce que je me trouve horrible. Je ne suis pas désirable, je ne suis pas forte, je suis bel et bien faible. « Non, j’ai pas du tout dit ça ! Je suis désolé ! » Toujours la tête baissée, j’avais trop l’habitude de m’excuser. Il s’assit ensuite à côté de moi. Je lui fis un petit sourire, c’était sympa qu’il fasse ça même si je commençais à être habituée avec lui et ça ne me déplaisait pas du tout, bien au contraire. Je ne savais pas si je pouvais lui faire totalement confiance. « Qu'est-ce que tu fais là toute seule à cette heure? Ca va pas? » C’était mignon, il s’inquiétait, malgré mes réserves émises j’adorais ce garçon, c’était indéniable, même un peu trop des fois. Je lui fis un sourire, comme pour dire que tout allait bien. Je relevais doucement ma tête. Je ne voulais pas l’inquiéter. Ca allait, c’était moi, j’aimais bien repenser aux seules choses que j’ai connu on dirait. Si j’étais mal, c’était quand même en partie ma faute. « Non, je vais bien ne t’en fais pas pour moi, j’avais seulement besoin de réfléchir et toi ça va ? Pourquoi t’es tout seul ? » je lui fis un petit sourire et mon regard se promena quelques secondes en sa direction pour le regarder avant de regarder devant moi et de regarder la rivière. Elle était calme, elle avait l’air paisible, des fois j’aimerais être comme elle..
img onyxeyes@tumblr / code diesel
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Matteo H. Whitaker



bienvenue à tuscaloosa baby

Messages : 73
Date d'inscription : 31/05/2013

Un peu plus sur moi
love :: Personne, j'veux pas m'attacher
mes petits secrets :: joue de la guitare, est chanteur et compisteur



MessageSujet: Re: This night is sparkling, don't you let it go ◊ matteo   Lun 10 Juin - 17:11


Il s'en était passé des choses en ans Certaines étaient cool, tandis que d'autres j'aimerais juste les oublier. A cause de ce que j'avais vécu, je parlais pas de moi, de mon passé et tout ce qui s'en suit. J'étais trop méfiant et je détestais me confier Alors je comprenais Neelàh. Je comprenais ce que ça faisait de ne pas réussir à faire confiance aux autres. En revanche j'avais remarqué que quelque chose n'allait chez elle. Mais quoi? J'adorais cette fille. C'est vrai elle avait une gentillesse et une douceur hors du commun. On ne pouvait pas la détester. Lorsque je la regarda, je vis sa tête se baisser, elle s'excusa. Je continuais de la regarder, puis répondis:

« Eh, pourquoi tu t'excuses? T'as pas à le faire, je rigolais... »

Je la regarda encore quelques secondes. Ouais parce qu'en plus d'être gentille, elle était plutôt jolie, voir même carrément belle. Je reposa ensuite mon regard sur la rivière et lui demanda ce qui n'allait pas.Elle me répondit que tout allait bien. Elle croyait vraiment que j'allais gober ça? Néanmoins, je n'allais pas la forcer. Elle n'avait pas envie, elle ferait peut-être plus tard. Je reposa mon regard sur elle et lui dit, sur un ton sincère:

« Tu sais, si quelque chose ne va pas ou si t'as juste besoin de parler, je suis là. Si je te dis c'est parce que j'vois bien qu'il y a quelque chose. Alors si jamais t'as besoin, tu peux compter sur moi. » Je lui souris. Lavoix de la sagesse à parler. Ou plutôt c'est "faites ce que je dis mais pas ce que je fais". Jamais je n'irais me confier. Elle me demanda ensuite pourquoi j'étais tout seul. Je reposa mon regard sur la rivière et répondis: « J'suis le genre de mec à pas trop aimé la foule. J'préfère être seul que mal acompagné. » Je reposa mon regard sur elle, puis lui demanda: « Tu voulais réfléchir à quoi? »

L'avantage si on parlait d'elle, c'est qu'on ne parlait pas de moi. Je ne savais pas si elle me ferait confiance un jour mais je voulais vraiment qu'elle puisse se confier, vider son sac. Je suis pas le genre de mec à juger les gens sur leur passé, loin de là.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

A. Neelàh Stone



bienvenue à tuscaloosa baby

Messages : 62
Date d'inscription : 09/06/2013

Un peu plus sur moi
love ::
mes petits secrets :: Le fait d'avoir été harcélé continuellement pendant des années pour son poids.



MessageSujet: Re: This night is sparkling, don't you let it go ◊ matteo   Lun 10 Juin - 18:35



one more night
ft. Matteo and Neelàh
« Eh, pourquoi tu t'excuses? T'as pas à le faire, je rigolais... » je lui fis un petit sourire, j’avais pas l’habitude qu’on soit aussi sympa avec moi. D’habitude on ne m’aurait pas dit ça, ils m’auraient forcé à encore plus baisser les yeux. J’en avais marre d’être fragile mais en même temps, c’est tout ce que j’ai connu. On ne m’a jamais tendu la main ou quand on l’a fait c’était pour encore plus m’enfoncer. Je sentais mon regard sur moi, ce qui me fit rougir instinctivement. J’avais honte de moi et de mon corps. Nos regards se croisèrent et je lui dis d’une petite voix. « Arrête de me regarder comme ça s’il te plait, je sais bien que je ne dois pas être agréable à regarder.. » je continuais de le fixer quelques instants dans les yeux avant de détourner la tête et regarder du côté opposé. Le vent faisait virevolter un peu mes cheveux, une brise de fraicheur, ça faisait du bien. Je ne m’assumais pas. Quand je me regardais, je ne voyais que les imperfections, si je les voyais tout le monde pouvait les voir. « Tu sais, si quelque chose ne va pas ou si t'as juste besoin de parler, je suis là. Si je te dis c'est parce que j'vois bien qu'il y a quelque chose. Alors si jamais t'as besoin, tu peux compter sur moi. » Sa voix était douce et rassurante, je me retournais pour le regarder, c’était adorable. Son sourire aussi, j’aimerais bien me confier mais j’en étais incapable, une petite voix me disait de le faire que cela me ferait sans doute du bien mais une autre voix me rappelait tous les échecs passés. Je ne pouvais pas mentir, j’avais l’impression qu’il lisait en moi comme dans un livre, mais je portais autant la tristesse que ça ? Je ne m’en étais pas rendu compte. Au fil des années, j’étais devenue une torturée. J’essayais de refaire ma vie ailleurs et je ne voulais pas commettre les mêmes erreurs. Je ne voulais pas l’embêter avec mes problèmes non plus, malheureusement pour nous, on a tous une croix a porté sur cette terre et elle est plus ou moins lourde selon les gens. Je ne voulais pas qu’on me prenne en pitié, c’est que ce que je ne voulais surtout pas. Je ne voulais pas de la pitié, ou encore moins qu’il s’éloigne de moi, j’étais une ringarde, la fille solitaire, qui pleure le soir dans sa chambre. Souvent je voulais être cette fille forte, mais je ne l’étais pas. « C’est adorable, je n’hésiterais pas. Toi aussi tu peux compter sur moi tu sais, l'amitié, c'est dans les deux sens ! » lui dis-je avec un petit sourire et une voix douce encore. Je regardais la rivière, j’essayais de ne pas dériver du regard, si je ne voulais pas que Matteo me regarde, il ne fallait pas que je le regarde non plus, c’était logique. « J'suis le genre de mec à pas trop aimé la foule. J'préfère être seul que mal acompagné. » me répondit-il en esquivant ma question aussi, enfaites il était comme moi. Là j’étais obligé de le regarder, je plongeais mon regard droit dans le sien en disant « Ouais mais des fois d’avoir quelqu’un à qui parler, ce n’est pas déplaisant non plus, je sais de quoi je parle ! » je baissais ensuite mon regard et je replongeais mon regard dans la rivière. Je rapprochais mes genoux de ma tête, posa mes bras sur mes jambes en faisant comme un cercle et posais ensuite ma tête sur mes genoux. Ce qui était bien ici, c’est qu’il n’y avait pas un bruit, j’adore cet endroit. « Tu voulais réfléchir à quoi? » je me retournais vers lui avec un petit sourire aux lèvres. « T’es bien curieux dis-donc ! » je continuais de le regarder quelques instants avec le même sourire et j’ajoutais. « A tout et à rien et je ne sais pas si j’ai bien fais de venir ici. » je regardais la rivière à nouveau puis les gens qui passaient devant mon champ de vision, le soleil s’éclipsait petit à petit et je m’allongeais à nouveau dans l’herbe. « C’est mon endroit préféré de cette ville, c’est calme et paisible. Je ne savais pas que toi aussi tu étais un grand solitaire ! »
img onyxeyes@tumblr / code diesel
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Matteo H. Whitaker



bienvenue à tuscaloosa baby

Messages : 73
Date d'inscription : 31/05/2013

Un peu plus sur moi
love :: Personne, j'veux pas m'attacher
mes petits secrets :: joue de la guitare, est chanteur et compisteur



MessageSujet: Re: This night is sparkling, don't you let it go ◊ matteo   Lun 10 Juin - 19:01


On vit tous des choses difficile. Le divorce de ses parents. La mort de quelqu'un. Ou simplement le fait de voir s'éloigner celui ou celle qu'on aime. On a tous des problèmes, des choses qu'on aimerait voir disparaître. Juste oublier. Moi, malgré les apparences, j'avais souffert mais je ne l'avouerais jamais. Plus par fierté qu'autre chose. C'est comme si on me disait de me confier, je ne pourrais pas. Je suis pas comme ça. Je continuais de regarder Neelàh et fronça les sourcils à sa réflexion. Je répondis:

« Non t'es pas désagréable à regarder, au contraire je te trouve plutôt jolie. »

Je le pensais vraiment. Je comprenais pas pourquoi elle avait dit qu'elle n'était pas agréable à regarder. Qu'est-ce qui avait pu lui arriver pour qu'elle ait aussi peu confiance en elle? Est-ce qu'on s'était moquer d'elle? Est-ce qu'on lui avait mener la vie dure pour une raison ou une autre? J'en savais rien. Néanmoins, je savais que je devais être patient avant de connaître son passé. Elle ne se confierait pas à moi comme ça. Je regarda la rivière et eu un sourire en attendant que je pouvais compter sur elle. Je ne répondis pas, mais c'était vraiment adorable de sa part. Je lui avais ensuite annoncer que j'étais le genre plutôt solitaire. Je l'écouta et répondis:

« Ouais mais je fais confiance à grand monde. Et puis, j'aime pas parler de moi. Moins on en sait sur moi, mieux je me porte. »

A force d'être comme ça, j'en avais péter des câbles. Mais je ne voulais pas me confier. Je ne voulais pas passer pour le mec qui a besoin de quelqu'un alors qu'il crie haut et fort qu'il n'a besoin de personne. Je continuais de regarder la rivière puis reposa mon regard sur Neelàh. Je lui lança:

« Si t'as bien fait, quand il y a pas trop de monde, c'est bien pour réfléchir. » Je marqua une pause puis ajouta: « Moi mon endroit préféré il se trouve en Italie. Tu sais, on dit de moi que je suis difficile à cerner et puis j'ai du mal à faire confiance aux autres. Mais parfois, j'me dis que d'être seul c'est pas plus mal au final. »

J'espérais qu'elle ne me pose pas de question sur le pourquoi du comment je n'arrivais pas à faire confiance. Je la regarda quelques minutes, lui sourit puis reposa mon regard sur la rivière.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

A. Neelàh Stone



bienvenue à tuscaloosa baby

Messages : 62
Date d'inscription : 09/06/2013

Un peu plus sur moi
love ::
mes petits secrets :: Le fait d'avoir été harcélé continuellement pendant des années pour son poids.



MessageSujet: Re: This night is sparkling, don't you let it go ◊ matteo   Lun 10 Juin - 19:42



one more night
ft. Matteo and Neelàh
Le passé est une croix à porter, on a tous fait des choses qu’on regrette, on a tous regretter de ne pas avoir fait quelque chose. La croix est plus dur à porter pour certains, la mienne pesait une tonne. Je voulais tourner la page, je pensais que ça allait être facile mais enfaites je me suis complètement plantée. Elle reste dans ma mémoire, mes cicatrices se referment lentement et surement. « Non t'es pas désagréable à regarder, au contraire je te trouve plutôt jolie. » Je le regardais, jamais personne ne m’avait dit un truc pareil, après je ne sais pas si c’est pour me rassurer ou pas. Je plongeai mon regard dans le sien, en rougissant ça me faisait du bien d’entendre ça même si je pensais le contraire. Malgré tout, ça n’allait pas enlever mes problèmes de confiance en moi. On m’avait bien trop rabaissé et trop longtemps pour qu’un compliment me fasse changer d’avis. « C’est adorable. T’es pas mal non plus. » Je deviens rouge tomate alors je détourne à nouveau le regard. C’est une honte de rougir autant pour un compliment. Je ne voulais pas lui dire « merci de me dire ce que j’ai envie d’entendre » ca aurait fait trop suspect et ça aurait fait la fille avide de compliment, ce que je ne suis pas. J’étais entrain de me dévoiler à lui, ce que je ne voulais pas. Il voyait mes problèmes de confiance en moi. Le fait que je doute perpétuellement de mon physique, ce n’est pas un atout. Ca devait être chiant de m’avoir comme amie ou copine, on devait constamment me rassurer. Je prenais quand même un peu soin de moi mais si ça ne tenait qu’à ce que je pense de moi, que je me trimballe en jogging ou en jean ça ne change pas. Les robes, il n’y en avait pas dans ma garde de robe, sauf celle du bal de promo. Je me trouve grosse, je trouve que cela ne me va pas. Aller faire les magasins avec moi, c’est de la torture. Je n’achète pas des trucs trop moulants, trop sexy. Des trucs discrets et passe partout, je comprends que les mecs ne se retournent pas vers moi. C’est ce que je veux, passer inaperçue, qu’on me fiche la paix. La solitude est l’amie que j’ai l’habitude et qui me comprend. J’étais habituée à lui alors qu’au collège, j’avais une sainte horreur d’être toute seule. On jouait beaucoup sur les apparences, au lycée aussi mais ça fait des années que c’est comme ça. C’est lourd et pas facile tous les jours mais au fond, c’est bien mieux. Pas de moqueries, pas de secret intimes dévoilés, il n’y a que toi qui sais. « Ouais mais je fais confiance à grand monde. Et puis, je n’aime pas parler de moi. Moins on en sait sur moi, mieux je me porte. » il n’avait pas tort, je ne pouvais que lui donner raison sur la fin de sa phrase. C’est clair qu’il ne fallait pas connaitre mon passé. Toutes ces années de souffrances qui me hantent encore. Ca pourrait faire fuir n’importe quel homme sérieusement. « Pareil pour moi. La solitude ça a toujours été mon seul allié dans ma vie. » un petit sourire triste malgré tout. Pas de nostalgie mais la souffrance se faisait ressortir. Je baissais la tête doucement, j’avais l’impression d’en avoir trop dit, alors que non. Je ne voulais pas me confier, je ne voulais pas faire fuir la seule personne qui m’adressait la parole normalement. Il me dit que j’avais bien fait de venir ici. « Ouais, je sais. J’aime bien l’endroit et puis c’est loin de mon ancien chez moi aussi, c’est surtout ça que je voulais. » Répondis-je la tête baissée, regardant l’herbe puis je m’allongeais dans l’herbe pour apprécier le coucher de soleil. Je le regardais en posant ma main droite devant mes yeux, il disait que son endroit préféré se trouvait en Italie, je lui fis un petit sourire en disant. « Pourquoi ? Moi aussi je suis méfiante, mais parfois j’aimerais bien avoir quelqu’un qui me relève dans les coups durs mais quand je regarde à côté de moi, je n’ai personne.. J’aimerais juste avoir quelqu’un que je connaitrais autant qu’il me connaisse et qu’il me trahirais jamais, mais je crois que cette personne n’existe que dans mes rêves. » je m’étais laissé aller, regardant le ciel orangers dans les couleurs chaudes, je posais ma main sur mon ventre tout en regardant Matteo quelques secondes.
img onyxeyes@tumblr / code diesel
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Matteo H. Whitaker



bienvenue à tuscaloosa baby

Messages : 73
Date d'inscription : 31/05/2013

Un peu plus sur moi
love :: Personne, j'veux pas m'attacher
mes petits secrets :: joue de la guitare, est chanteur et compisteur



MessageSujet: Re: This night is sparkling, don't you let it go ◊ matteo   Lun 10 Juin - 19:58


La vie est injuste. Trop parfois.Elle fait souffrir des gens en or. Pourquoi certains ont droit à vivre des trucs horribles alors que d'autres ont une vie parfaite? J'avais beau me retourner la question dans ma tête, je ne trouvais pas de réponse. J'évitais de repenser à mon passé, je voulais aller de l'avant. Je jouais de la guitare, je chantais et j'étais étudiant en musique.Ma vie ne tournait qu'autour de ça. On avait du mal à me cerner mais grâce à mon physique je rentrais dans des critères. Tellement entouré, mais dans le fond tellement solitaire. C'est ce qui me caractérisait. Neelàh me fit alors un compliment. J'eus un sourire et répondis simplement:

« Merci, c'est gentil. »

Je ne calculais plus le nombre de filles qui m'avaient dit que j'étais, sauf qu'aucunes d'elle ne me plaisait. Elles avaient toutes tris tonnes de maquillage et des vêtements qui se voulait classe mais sur elles ça n'allaient pas. J'avais jamais vraiment eu de relation amoureuse, juste des histoires d'un soir. Je ne fais pas confiance, je ne veux pas qu'on me brise le coeur alors je ne m'attache pas. J'écoutais ce que me répondit Neelàh. Elle me demanda alors pourquoi j'avais du mal à faire confiance. Que répondre? La vérité? Non ce n'était même pas le peine d'y penser. Je posa mon regard sur la rivière et répondis d'un air pensif:

« Rien, j'ai vécu des choses qui m'ont appris à ne pas faire confiance aux autres, c'est tout. » Je marqua une pause, regarde Neelàh et me grouilla d'enchainer: « Qu'est-ce qu'il s'est passé dans ta vie pour que tu ne fasses pas confiance? Je pense que t'as pas envie d'en parler mais t'as dis que t'avais besoin de quelqu'un qui soit pendant les coups durs, alors profites-en... »

Je la regarda, puis m'allongea dans l'herbe également, attendant sa réponse. Est-ce qu'elle allait me faire confiance? Est-ce qu'elle allait trouver la force de me dire ce qu'elle avait vécu? Ou elle préfèrerait ne rien me dire et tout garder pour elle? Dans le fond, même si elle ne me connaissait pas, j'avais pas l'air méchant sinon je l'aurais déjà envoyé bouler. Je voulais juste comprendre, l'aider si je le pouvais. Je savais néanmoins que si elle se confiait, il fallait que je fasse pareil. Mais même s'il fallait en arriver là, je serais prêt à lui raconter mes coups durs. J'attendis donc sa réponse tout en regardant le ciel.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

A. Neelàh Stone



bienvenue à tuscaloosa baby

Messages : 62
Date d'inscription : 09/06/2013

Un peu plus sur moi
love ::
mes petits secrets :: Le fait d'avoir été harcélé continuellement pendant des années pour son poids.



MessageSujet: Re: This night is sparkling, don't you let it go ◊ matteo   Lun 10 Juin - 20:35



one more night
ft. Matteo and Neelàh
Je lui souris lorsqu’il me dit que c’était gentil. Non surtout, je le pensais. Je ne sais pas pourquoi je l’appréciais. Il n’avait pas fait grand-chose pour se faire apprécier. Il avait l’air gentil mais ce n’était pas une raison assez valable pour moi. L’air, ce n’est pas l’assurance qu’on ne me trompera pas, qu’on ne me trahira pas. Pourtant j’étais incroyablement seule. On avait tous besoin de quelqu’un et j’étais la première consciente en me disant que c’était vrai, j’avais besoin de quelqu’un qui m’écoute, qui me guide, qui m’aide à me relever et à tourner la page. L’épanouissement, on a besoin d’un contact sociale, ce que je n’ai malheureusement jamais eu l’occasion de connaitre. Je ne me suis jamais tourné vers les réseaux sociaux pour assouvir ce besoin, on se serait moqué de moi au bahut. Ca ne m’aurait pas changé, mais je voulais juste être tranquille. Mon mutisme était la pire des punitions pour eux, mes larmes étaient pour eux, une fierté, un accomplissement, une réussite. Ils me poussaient tous à commettre l’irréparable, mainte fois j’y ai pensé mais j’ai toujours eu peur de la mort. Je n’étais pas croyante, mais je pense qu’il se passe quelque chose après la mort mais qu’aux gens digne. Je n’avais plus de dignitié mais j’essayais de la gagner à nouveau, c’était un bien précieux qui m’a manqué et que j’avais besoin de retrouver, du courage aussi et un sourire qui ne serait pas petit ou triste. « Rien, j'ai vécu des choses qui m'ont appris à ne pas faire confiance aux autres, c'est tout. » Il ne voulait pas se livrer, c’était son choix. On était tous les deux des murs. Je ne pouvais pas l’obliger à parler si moi-même je ne le fais pas. C’est impossible, ce n’est pas l’envie qui m’en manque, mais j’ai peur des conséquences. J’acquiesçais, la tête dans l’herbe parce que j’étais dans le même cas. « Qu'est-ce qu'il s'est passé dans ta vie pour que tu ne fasses pas confiance? Je pense que t'as pas envie d'en parler mais t'as dis que t'avais besoin de quelqu'un qui soit pendant les coups durs, alors profites-en... » Il s’allongea ensuite à côté de moi. Ca me faisait penser à la chanson de Chasing Cars, qui pensait souvent en boucle dans mon MP3. Je le regardais et j’essayais de noyer le poisson en me mettant à chanter/parler. « If i lay here, if i just lay here, would you lay with me and just forget de world? Excuse moi, ça vient de me traverser l’esprit » un petit sourire maladroit. Je ne dis rien mais je voyais que ce n’était pas la réponse qu’il attendait. Je le regardais et me mis sur le côté. J’hésitais, je ne sais pas si je peux réellement lui faire confiance, si son regard sur moi changera. Rien que d’y penser les larmes me montent instinctivement. Je me tourne pour qu’il ne me voit pas pleurer. J’avais besoin de déposer les armes mais je ne savais pas si c’était le bon moment de le faire. Mais je ne pouvais pas m’arrêter. « Je n’ai jamais eu d’amis. De vrais amis, on s’est toujours foutu de moi. On m’a insulté, j’ai été trainé dans la boue, je vois encore tous ces visages qui rient de moi, mais personne pour m’aider. Tu as de la chance, t’as tout pour toi mais tous se moquaient parce que j’étais grosse.. » ma voix se brisa et j’étais du côté où il ne pouvait pas me voir. Je pleurais, les larmes acides perlaient sur mes joues. « J’ai toujours été seule, la seule fois qu’on m’a tendue la main, c’était pour de stupides paris. Mon ex-petit ami voulait être dans une équipe de football, il l’ont mis au début de sortir avec moi et ils l’ont fait, tu vois le genre. Maintenant je sais que tu voudras plus me parler, que t’auras pitié de moi. Je ne sais même pas pourquoi je te dis ça. Tu vas me prendre en pitié et tu vas me regarder différemment. Je t’embête plus qu’autre chose, laisse-moi tranquille et oublie ce que je t’ai dis.. » les larmes perlaient de plus en plus, je lui fais toujours dos. Ca faisait du bien de se libérer de ce poids au fond, j’en avais besoin mais sérieusement, je venais de me faire passer pour une de ces victimes, ce que je ne voulais pas. Il allait me prendre en pitié et j’ai horreur de ça.
img onyxeyes@tumblr / code diesel
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Matteo H. Whitaker



bienvenue à tuscaloosa baby

Messages : 73
Date d'inscription : 31/05/2013

Un peu plus sur moi
love :: Personne, j'veux pas m'attacher
mes petits secrets :: joue de la guitare, est chanteur et compisteur



MessageSujet: Re: This night is sparkling, don't you let it go ◊ matteo   Lun 10 Juin - 21:00


Je faisais partis de ces gens qui n'avaient pas eu une enfance facile. Je savais que j'aurais pu voir autre chose, mais je ne pourrais pas échanger la vie que j'avais. C'était comme ça et pas autrement. Je n'avais pas eu de chance et je ne pouvais rien y faire. J'étais devenu froid envers tout le monde, méfiant et pour rien au monde je ne pourrais changer. Mon enfance m'avait battit ce caractère, peut-être difficile mais j'étais comme ça. Malgré tout, on devait continuer de se battre, continuer d'avancer quoi qu'il arrive. J'avais donc demander à Neelàh ce qu'il s'était passer dans sa vie. Au lieu de me répondre, elle chanta une chanson. Je me releva et lui fit un signe de tête, genre "te fous pas de moi". Elle me raconta. Tout. J'enlevais ma capuche que j'avais garder. Je la vis pleurer. Je me sentais tellement mal, j'avais l'impression de l'avoir forcer à tout me dire. Je la pris alors dans mes bras et fit en sorte qu'elle pose sa tête sur mon épaule. Il fallait que je trouve les mots Je n'avais jamais été doué pour ce genre de chose. Je lui dis alors:

« Je te prends pas en pitié et mon regard ne change pas. T'es tombée sur des connards qui t'ont fait comprendre que tu rentrais pas dans leurs critères. Je t'ai pas connu à cette époque mais crois-moi si j'avais eu la chance de te connaître, je t'aurais défendu.T'as le droit de pas croire ce que je te dis mais j'peux te dire que je suis sincère. » Je marqua une brève pause et ajouta: « Oublie les ces gens, ils ne valent même pas la peine que tu pleures pour eux. En tous cas, saches que tu pourras toujours compter sur moi. » Je la gardait dans mes bras. Au final, ce que j'avais vécu était peut-être moins pire. Je m'en voulais de l'avoir pousser à tout me dire, ça ne devait pas être facile de tout balancer. Après un silence, je lui dis: « Tu peux avoir confiance en moi, jamais je ne t'abandonnerais. »

J'étais sincère. Je n'étais pas le genre de connard à faire des paris tout pourris pour blesser quelqu'un. Je ne voulais pas non qu'elle continue de souffrir. Je voulais qu'elle comprenne, qu'elle pourrait toujours compter sur moi quoi qu'il arrive. C'était l'une des rares personnes qui comptait vraiment à mes yeux et je ne laisserais plus personne lui faire de mal.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

A. Neelàh Stone



bienvenue à tuscaloosa baby

Messages : 62
Date d'inscription : 09/06/2013

Un peu plus sur moi
love ::
mes petits secrets :: Le fait d'avoir été harcélé continuellement pendant des années pour son poids.



MessageSujet: Re: This night is sparkling, don't you let it go ◊ matteo   Lun 10 Juin - 21:36



one more night
ft. Matteo and Neelàh
J’avais eu le courage, une deuxième d’avouer tous ce que j’avais subi. Je me sentais libérée et mal en même temps, je pleurais. Je pensais que mon stock de larmes avait été épuisés mais il faut croire que cela se remplit vite. Je continuais de me battre même si ce n’était pas facile, je voulais rendre à la vie les coups qu’elle m’avait donnés mais j’avais l’impression de frapper dans le vide. Je ne savais pas comment il allait réagir et ça me fait peur aussi. J’avais longtemps levé les yeux vers le ciel pour qu’il m’aide mais Dieu n’a fait que d’écouter mes prières et ne pas m’aider. Je me sentais vulnérable, comme toujours, mais encore plus. Le fait de pleurer était encore une de mes innombrables faiblesses et je m’engueulais au plus profond de moi-même. Je voulais tellement renvoyer une image de moi de fille forte, mais j’avais peur de tout. Je sentais son souffle derrière moi, je l’avais foutu mal à l’aise, il devait ressentir de la pitié pour moi, chose que je ne voulais pas. Les larmes ne voulaient pas s’arrêter et j’étais encore plus en colère contre moi-même. Un gout acide, ses larmes sont amères. Ses mains se posent contre moi et il me prend dans ces bras. Il manipule mon corps pour que ma tête se pause sur son épaule. Je voulais sourire, dissiper ses larmes et sourire, mais je n’y arrivais pas. C’était mon âme qui pleurait. Mes poings étaient serrés entre son torse et ma poitrine. Je n’arrivais à bouger mais pour l’instant, j’essayais de commander mon esprit pour que j’arrête de pleurer. Ce n’était pas gagné, je lui montrais mes faiblesses, je crois qu’il n’y a pas plus belles preuves d’amitiés et de confiance. « Je te prends pas en pitié et mon regard ne change pas. T'es tombée sur des connards qui t'ont fait comprendre que tu rentrais pas dans leurs critères. Je t'ai pas connu à cette époque mais crois-moi si j'avais eu la chance de te connaître, je t'aurais défendu.T'as le droit de pas croire ce que je te dis mais j'peux te dire que je suis sincère. Oublie les ces gens, ils ne valent même pas la peine que tu pleures pour eux. En tous cas, saches que tu pourras toujours compter sur moi. » Les larmes continuaient de couler sans que je puisse les arrêter. Un mal être profond. Une rancœur profonde et une tristesse encore plus. Ses paroles me faisaient du bien à entendre, mais malheureusement il n’était pas là. Je culpabilisais qu’il voit mes larmes, on m’aurait fait ça, je me serais sentie con. Je n’avais pas pu me contrôler, je m’en voulais. « Merci, mais t’es pas obligé, je me sens tellement insignifiante, tu ne devrais pas faire attention à moi. T’es trop bien pour ça. » lui dis-je en essuyant mes larmes. J’avais ma tête sur son épaule et les larmes coulaient de moins en moins. « Excuse moi pour ton pull ! Il est complètement trempé d’un côté.. » je continuais de les essuyer de sécher mes joues. Je ne voulais pas qu’il croit que j’étais desespérée. Bon oui je l’étais mais ça je n’aurais jamais voulu le montrer à personne. « Tu peux avoir confiance en moi, jamais je ne t'abandonnerais. » font les mots qui me touchaient. Je le regardais et j’essayais de sourire « C’est ce que j’ai toujours rêvé d’entendre de la bouche de quelqu’un, moi non plus je ne t’abandonnerais jamais. Je crois qu’avec ce que je viens de dire, tu peux avoir confiance en moi. Si tu as besoin, moi aussi je suis là. » je m’éloignais un peu de lui, je ne devais ressembler à rien, comme d’habitude. Je baissais la tête, légèrement honteuse de mon comportement. « Me dis plus jamais que j’ai pas confiance en toi.. » j’essayais d’esquisser un sourire, mais ce n’était pas facile..
img onyxeyes@tumblr / code diesel
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Matteo H. Whitaker



bienvenue à tuscaloosa baby

Messages : 73
Date d'inscription : 31/05/2013

Un peu plus sur moi
love :: Personne, j'veux pas m'attacher
mes petits secrets :: joue de la guitare, est chanteur et compisteur



MessageSujet: Re: This night is sparkling, don't you let it go ◊ matteo   Lun 10 Juin - 21:53


Je la gardais dans mes bras.J'aurais tellement voulu la connaître avant, rien que pour la défendre. Comment peut-on être aussi cruel avec quelqu'un? Comment peut-on être comme ça, sans scrupule, ni regret? Elle avait souffert et moi je l'avais plus ou moins forcer à me dire ce qu'il s'était passer. Je me sentais mal mais d'un autre côté, ça me faisait plaisir qu'elle ai réussit à se confier à moi. La gardant dans mes bras, j'écoutais ce qu'elle me répondit. Je lui lança simplement:

« T'es pas insignifiante et je ne suis pas trop bien. T'as perdu toute la confiance que t'avais en toi et j'peux le comprendre mais ne dis pas que je suis trop bien pour faire attention à toi parce que toi comme moi on sait que c'est faux. » Je l'avais garder dans mes bras et je souris à sa réflexion: « T'inquiètes pas, c'est rien. »

Elle m'avait confié son passé mais est-ce que je pouvais en faire autant? Je détestais parler de moi et j'espérais qu'elle ai oublier ce que je lui ai dit comme quoi j'arrivais pas à faire confiance aux autres à cause de mon passé. Il n'y avait que Selyana qui connaissait mon passé et même avec elle, j'avais du mal à en parler. Néanmoins, je lui souris et continua de la regarder lorsqu'elle s'éloigna. Je reposa ensuite mon regard sur la rivière hésitant à lui parler de mon passé. D'un autre côté, on parlait d'elle, je n'allais pas changer de sujet. Et puis, tant qu'elle ne me demandait, je ne dirais rien. J'eus un sourire à sa dernière phrase et répondis:

« Promis je ne le dirais plus. »

Je lui souris. Un sourire qui se voulait rassurant et chaleureux. Ca me faisait vraiment plaisir qu'elle ai décidé de se confier à moi comme ça.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

A. Neelàh Stone



bienvenue à tuscaloosa baby

Messages : 62
Date d'inscription : 09/06/2013

Un peu plus sur moi
love ::
mes petits secrets :: Le fait d'avoir été harcélé continuellement pendant des années pour son poids.



MessageSujet: Re: This night is sparkling, don't you let it go ◊ matteo   Lun 10 Juin - 22:15



one more night
ft. Matteo and Neelàh
« T'es pas insignifiante et je ne suis pas trop bien. T'as perdu toute la confiance que t'avais en toi et j'peux le comprendre mais ne dis pas que je suis trop bien pour faire attention à toi parce que toi comme moi on sait que c'est faux. » C’était super gentil de sa part d’essayer de me donner une bonne estime de moi, mais mon petit gars, je crois que tu as du boulot. Les yeux larmoyants, la réaction de Matteo me fit chaud au cœur. Je me sentais un peu moins seule. Je le devais grâce à lui. Un geste amicale aussi, il n’était pas obligé de me prendre dans ses bras. Si je n’étais pas dans une telle faiblesse, je pense que je l’aurais repoussé, je n’avais pas l’habitude de ce genre de geste si gentil. Le fait qu’il me dise ça, ça crée une nouvelle flamme en moi. Une toute petite, que je pouvais sentir légèrement, une flamme d’espoir, que je n’étais pas perdu et que cela ne pouvait qu’aller mieux. J’essayais de croire à mes paroles mais mon côté pessimiste reprend le dessus. Me sortir la tête hors de l’eau, c’est ce qui me fallait. « Dis pas ça, tu sais que j’ai raison. Oui j’ai pas confiance en moi, mais je comprends pas pourquoi tu t’arrêtes sur une fille comme moi ? Pourquoi tu pars pas en courant comme tous les autres ? » lui demandais-je, je me rabaissais mais j’essayais de comprendre. Peut-être que Matteo était le miracle que j’attendais, si j’avais su, j’aurais bougé à Tuscaloosa depuis bien longtemps, peut-être que je ne serais pas aussi triste, pessimiste, renfermée que maintenant, peut-être que je serais heureuse et que je serais forte. En tous cas il était sympa avec moi, je ne pouvais pas le nier, c’est une des personnes qui m’a accueillie dans cette ville. C’est la personne dont je suis le plus proche dans la ville. Je ne voulais pas l’étouffer mais en même temps, je ne sais pas quel comportement avoir. C’était compliqué et confus dans ma tête. Je commençais à avoir mal à la tête aussi. Un peu distante de lui, je le regardais pas. Je baissais la tête de honte et pour pas qu’il regarde mon visage qui doit être rouge et moche. Mon mascara avait sans doute un peu coulé, c’est l’horreur. Je continuais d’essuyer mes yeux. « Promis je ne le dirais plus. » Je lui fis un petit sourire tandis que j’avais toujours la tête baissée. Je croisais mes mains doucement, jouant nerveusement avec. Je n’aimais pas être vulnérable, et ça me bouffait un peu. J’avais un peu peur des conséquences de mes révélations. Je jouais avec la bague de famille que ma grand-mère m’avait offerte. Je lui chuchotais un petit « merci ! ». Le quart d’heure on parle de Neelàh était fini. J’avais fais un gros pas vers lui et je voyais bien qu’il avait un profond mal être. Si on est amis autant s’aider et porter nos croix ensemble. Je ne savais pas trop comment aborder ça sans être impolie. Je le regardais, mes mains toujours en action et je lui dis ensuite « Et toi ? Raconte-moi ! Tu as l’air aussi torturé que moi et je vois bien que tu n’es pas venue ici que parce que tu n’aimes pas la foule ! » ok, c’était dit. Je me mordillais les lèvres et mon portable se mit à vibrer dans mon sac mais honnêtement, j’avais même pas envie de regarder qui c’était. Je m’en foutais un peu.
img onyxeyes@tumblr / code diesel


Dernière édition par A. Neelàh Stone le Mar 11 Juin - 9:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Matteo H. Whitaker



bienvenue à tuscaloosa baby

Messages : 73
Date d'inscription : 31/05/2013

Un peu plus sur moi
love :: Personne, j'veux pas m'attacher
mes petits secrets :: joue de la guitare, est chanteur et compisteur



MessageSujet: Re: This night is sparkling, don't you let it go ◊ matteo   Lun 10 Juin - 22:33


Comment pouvais-je réagir? Je n'étais pas ce genre de monstre sans coeur qui pense qu'à soi même si au premier abord on peut penser ça. Elle est triste, elle va pas bien, elle a besoin de quelqu'un et je suis là. Alors ouais, beaucoup aurait fuis juste parce qu'ils ne savent pas quoi dire. Je regardais Neelàh. J'aimais pas la voir comme ça. J'aimais pas la voir pleurer à cause de putains d'abrutis. Sérieusement si je les avais sous la main, il y aurait des morts de l'émeute. Elle me demande pourquoi je ne partais pas. Pourquoi je restais là avec elle et pourquoi je ne réagissais pas comme tous ces autres. Je la regarda et lui répondis simplement:

« Parce que je ne suis pas comme les autres. »

Ce n'était pas totalement faux. J'étais vachement différent, et assez distant peut-être même trop parfois. Mais j'avais une grande sensibilité et une gentillesse à coupé le souffle mais rare sont les personnes qui connaissent cette partie de moi. Elle me remercia. Je ne savais pas pourquoi mais je ne répondis rien. Elle me demanda ensuite ce qui m'était arrivé. Le regard posé sur la rivière, je baissais quelques secondes les yeux. Je ne voulais pas lui en parler mais après ce qu'elle venait de me dire, je ne pouvais pas ne rien dire. Je pris une inspiration et répondis:

« J'ai été abandonné à la naissance, j'ai été placé dans un orphelinat à l'autre bout du pays. Jusqu'à mes neufs ans, j'ai été trainé de foyer en foyer. Voyant que je ne trouvais pas de famille, je suis devenu distant et froid avec tout le monde. A neuf ans, j'ai été adopté par un couple d'italien, ils m'ont amené ds leur pays. Au collège et au lycée, j'étais le genre de mec très entouré mais pourtant tellement solitaire: je plaisais aux filles, j'ai été intégré dans le groupe des populaires contre mon gré. En réalité, je trainais avec eux mais j'ai jamais été pote avec eux. J'me suis réfugier dans la musique. » Je marqua une courte pause et ajouta: « J'ai pas eu une enfance facile, mais va pas croire que j'ai souffert parce que c'est pas vrai. »

En fait, si c'était vrai. J'avais souffert plus que je ne le pensais. Je ne voulais pas l'avouer, je ne voulais pas paraître faible. Neelàh allait sûrement remarquer que j'avais une fierté mal placé mais tant pis. Avouer que j'avais souffert, c'était pour moi un échec et je détestais ça. Après avoir tout déballé, je continua de regarder le sol, je ne voulais pas croiser le regard de Neelàh.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

A. Neelàh Stone



bienvenue à tuscaloosa baby

Messages : 62
Date d'inscription : 09/06/2013

Un peu plus sur moi
love ::
mes petits secrets :: Le fait d'avoir été harcélé continuellement pendant des années pour son poids.



MessageSujet: Re: This night is sparkling, don't you let it go ◊ matteo   Mar 11 Juin - 11:00



one more night
ft. Matteo and Neelàh
Matteo me regardait. Je n’avais pas besoin de le voir ou de le regarder, je le sentais. J’avais la tête baissée et je ne voulais pas la relever, pas maintenant. J’avais honte, je ne savais pas du tout ce qu’il pensait au fond de lui. Il devait sans doute penser que j’étais une pauvre fille qui se complaisait dans son malheur, qui a attendu trop longtemps pour réagir. Une fille faible, sans intérêt même s’il m’affirmait le contraire. C’est ce que je pensais de moi personnellement. Matteo était super cool d’essayer de me rassurer. Et pour la deuxième fois, après Noah, juste le temps de quelques minutes, je me sentais moins seule, j’avais un allié. Ca me redonnait quand même un peu de courage, même si ce n’était pas facile à entendre pour lui et ce n’était pas facile à dire pour ma part. Reconnaitre que pendant toutes ces années on m’a persécuté, raconter le calvaire à nouveau, sérieusement, je ne le ferais pas tous les jours mais il avait réussi à me faire parler, là où beaucoup de personnes ont échoué. J’étais un peu égoïste, mais j’avais besoin de tout lâcher, pour une fois et j’étais vraiment contente que ce soit lui qui ai partagé cela avec moi. « Parce que je ne suis pas comme les autres. » Je me retournais vers lui et je lui souris, il avait tellement raison, il n’était pas les autres. Il était mieux, beaucoup mieux. Ma raison essayait de me persuader que demain, tout retournait à la normale, que c’était un rêve trop beau et trop grand. J’ai trop attendu ça et elle essayait de me faire dire que je me faisais de faux espoirs. C’est vrai il voyait que j’étais mal et il voulait seulement me remonter le moral. Demain reprendrait la vie et peut-être qu’il m’éviterait. Je serais vexée mais pas plus que d’habitude. Entendre ce genre d’histoire, fait souvent peur aux gens. Trainer avec la rejetée, quelle honte. Pourtant, j’avais le sentiment et espérais en même temps que cette fois serait différent. « C’est une bonne raison, effectivement ! » dis-je en passant la main dans mes cheveux.

Cette fois on ne se concentrait plus sur moi mais sur lui. Oui, je n’avais pas oublié, on est venue tous les deux pour un but précis, réfléchir. Matteo était vraiment mystérieux, il en montrait peu et cela m’intriguait. Je venais de livrer ma plus grosse souffrance. Je n’attendais pas de même, enfin si un peu, mais je n’allais pas le forcer. J’avais du mal à briser les murs qui l’entouraient, ils avaient renforcé tout autour de lui. Je jouais avec mes mains et je le regardais, il baissait les yeux comme résolu et il ne me regardait plus, mais l’océan. Je ne pouvais m’empêcher de le quitter du regard. « J'ai été abandonné à la naissance, j'ai été placé dans un orphelinat à l'autre bout du pays. Jusqu'à mes neufs ans, j'ai été trainé de foyer en foyer. Voyant que je ne trouvais pas de famille, je suis devenu distant et froid avec tout le monde. A neuf ans, j'ai été adopté par un couple d'italien, ils m'ont amené ds leur pays. Au collège et au lycée, j'étais le genre de mec très entouré mais pourtant tellement solitaire: je plaisais aux filles, j'ai été intégré dans le groupe des populaires contre mon gré. En réalité, je trainais avec eux mais j'ai jamais été pote avec eux. J'me suis réfugier dans la musique. J'ai pas eu une enfance facile, mais va pas croire que j'ai souffert parce que c'est pas vrai. » S’il n’avait pas souffert, il ne m’en aurait pas parlé, il m’aurait dit autre chose. Il n’osait plus me regarder, il avait la même réaction que moi tout à l’heure. Lui non plus n’avait pas vécu une enfance parfaite. J’étais vraiment très sensible et son histoire me touchait. Même s’il ne m’avouait pas qu’il souffrait, je le sentais au plus profond de moi. Son histoire me laissait sans voix, j’étais incapable de parler. On ne s’était jamais confié à moi mais j’étais très heureuse qu’il le fasse malgré tout. Je n’avais pas du tout le cœur à sourire. Matteo ne voulait pas croiser mon regard. Comme s’il avait honte. Ce fut à mon tour de le prendre dans mes bras, mes deux bras autour de son cou, je posais ma tête contre son épaule. Après il pouvait me repousser, mais ça me laissait gagner un peu de temps pour les paroles. Je suis désolé n’était pas les bons mots. « T’es plus tout seul, plus maintenant, je suis là et moi non plus, je ne t’abandonnerais jamais ! » vrai de vrai. Je posais ensuite une de mes mains sur son bras. Je relevais ensuite la tête, en lui disant « Tu me joueras un petit truc à l’occasion hein ? » lui demandais-je doucement en lui relevant la tête. Je desserrais mon étreinte et je me trouvais seulement à côté de lui. Le soleil se couchait progressivement et bientôt les lampadaires se mirent à briller, je regardais et nous étions presque que tous les deux. Il faisait doux. Je regardais Matteo en disant « Ca me fait plaisir que tu sois là, vraiment. » la chanson de Snow Patrol résonnait encore dans mes oreilles à ce moment. C’est exactement ce que Matteo et moi étions entrain de faire. On restait dans l’herbe et on oubliait le monde, on se concentrait principalement sur nous deux.
img onyxeyes@tumblr / code diesel
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Matteo H. Whitaker



bienvenue à tuscaloosa baby

Messages : 73
Date d'inscription : 31/05/2013

Un peu plus sur moi
love :: Personne, j'veux pas m'attacher
mes petits secrets :: joue de la guitare, est chanteur et compisteur



MessageSujet: Re: This night is sparkling, don't you let it go ◊ matteo   Mar 11 Juin - 17:02


J'étais différent et je le savais. Je n'étais pas comme tous ces connards qui passent plus de temps à s'occuper de la vie des autres plutôt que de la leur. Ils n'étaient pas meilleur et c'est en trainant avec des gens comme ça, que j'avais remarqué leur faiblesse. Je n'osais plus regarder Neelàh. Ce n'était pas par honte mais plutôt parce que je ne voulais qu'elle voit dans mon regard que ça me faisait mal de confier ce genre de chose. Je détestais parler de mon passé, je détestais parler de moi. Parfois, je me dis que si ma mère n'avait pas couché avec le premier venu, je n'aurais jamais été ici et je ne serais pas là, en train d'avouer à quelqu'un ce qui me faisait souffrir. Peut-être que ce serait mieux. Continuant de regarder l'eau, j'écoutais ce qu'elle me répondit. Elle ne m'abandonnerais pas à ce qu'il paraît. Mais qui sait? Un jour elle partira peut-être ou elle en aura marre de moi et notre amitié ce finira. On ne pouvait jamais être sûr de rien. Je ne répondis pas, c'était mignon. Elle passa ces bras autour de mon cou et posa sa tête sur mon épaule, je ne bougea pas. Je n'avais pas envie de la rejeter. Elle me demanda ensuite si un jour je lui jouerais un morceau. J'eus un sourire et reposa mon regard sur elle. Pour détendre un peu l'atmosphère, je répondis:

« Tu risques de tomber folle amoureuse de moi si je te joues un truc, mais pourquoi pas. Tu passeras chez moi un de ces quatre. »

C'était vraiment une fille en or. Je ne comprenais pas pourquoi des gens avaient pu la traiter aussi mal franchement. C'était quoi leur délire? Parce que là, ce n'était même plus une question de vouloir être supérieur ou non, c'était juste de la méchanceté gratuite. Je reposa alors mon regard sur l'eau tout en écoutant. Ca me faisait vraiment chaud au coeur ce qu'elle venait de me dire. Je passa mon bras autour de son cou, c'était simplement un geste amical et je répondis:

« Ouais moi aussi j'suis content que tu sois là et que t'es trouvé le moyen de te confier à moi. »

Je garda mon bras autour de son cou quelques instants, avant de m'allonger de nouveau dans l'herbe et de regarder le ciel qui s'assombrissait.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

A. Neelàh Stone



bienvenue à tuscaloosa baby

Messages : 62
Date d'inscription : 09/06/2013

Un peu plus sur moi
love ::
mes petits secrets :: Le fait d'avoir été harcélé continuellement pendant des années pour son poids.



MessageSujet: Re: This night is sparkling, don't you let it go ◊ matteo   Mar 11 Juin - 17:37



one more night
ft. Matteo and Neelàh
Je passais une meilleure soirée que j’avais prévu. J’étais dans les bras de Matteo, enfin maintenant, je peux dire mon ami. Il n’avait pas besoin de parler, je pensais savoir ce qu’il ressentait. Je ne pouvais pas savoir vraiment vu que mes deux parents m’ont gardé même s’ils n’ont jamais vraiment été là. Je sais qu’ils m’aiment et que c’est leur boulot qui a toujours une certaine distance mais cela n’engage pas le fait qu’on a vécu de bons moments et c’est le principal. Je ne dois garder que ça de toute façon. Ma mère m’appelle tous les jours depuis qu’elle sait que j’ai été victime d’harcèlement, elle s’était littéralement effondré quand je leur avais crié ça à mes parents, ça n’a été qu’à cette condition qu’ils m’ont laissé partir loin d’eux. Elle veut s’assurer que je vais bien. Le point positif, c’est Matteo a quand même eu un happy end, il avait trouvé une famille même si ça n’a pas été facile. Je me sentais chanceuse d’un côté et je n’avais pas le droit de me plaindre de mes parents. Plus maintenant en tous cas. On se regardait ensuite et je détournais à nouveau le regard, pas parce que je suis amoureuse de lui, non, mais parce que j’ai une sainte horreur qu’on me regarde. « Tu risques de tomber folle amoureuse de moi si je te joues un truc, mais pourquoi pas. Tu passeras chez moi un de ces quatre. » Ah ouais ? Il réussit même à m’arracher un sourire. C’était un peu prétentieux mais drôle. J’arrivais à passer des larmes au sourire, c’était dingue quand même. Je le regardais et je le poussais légèrement en répondant « T’es bien sûr de toi dis-donc ! » j’avais toujours ce petit sourire, je remettais une mèche de mes cheveux en place avant d’ajouter. « Aucun risque, j’ai plus de cœur pour ces choses là ! L’amour ? C’est quoi déjà, un nouveau jeu à la mode ? » Dis-je aussi pour détendre un peu l’atmosphère et ne pas trop faire voir que j’avais souffert. Sérieusement, c’était quoi leur délire à faire souffrir les gens ? Moi ca n’avait fait qu’enrayer la machine et ça m’avait poussé à partir. Il passa ensuite son bras autour de mon cou, je sursautais vite fait, j’étais un peu surprise et peu habitué à ça. Je regardais la mer, la lune qui se reflétait. Magnifique, un cadre. « Ouais moi aussi j'suis content que tu sois là et que t'es trouvé le moyen de te confier à moi. » Je lui fis un petit sourire en passant ma main dans ma nuque, ouais, enfin j’avais quand même toujours un peu de honte, ce n’était pas top comme révélation quand même. Ca aurait été mieux si ça avait été drôle. Je lui souris timidement en disant « Ouais, bah je pense pareil pour toi ! » j’avais pas trop envie de remettre ça sur le tapis, ça fait déjà assez mal. Il s’allongeait tandis que moi je prenais appui sur mes bras, je mettais ma tête en avant pour admirer les étoiles. « J’adore sortir quand il fait nuit, on ne distingue pas vraiment les personnes et personne ne me juge comme ça. Je suis mystérieuse personne. Je n’ai jamais aimé le jour. » Avouais-je doucement, ça complètement un peu le truc. J’étais un peu philosophe des fois ou poétesse. Mon portable se mit à nouveau à vibrer, je regardais le nom. Noah. Je ne pris même pas la peine de le lire mais je reposais rapidement mon i-phone en essayant de noyer mon regard dans le ciel.
img onyxeyes@tumblr / code diesel
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Matteo H. Whitaker



bienvenue à tuscaloosa baby

Messages : 73
Date d'inscription : 31/05/2013

Un peu plus sur moi
love :: Personne, j'veux pas m'attacher
mes petits secrets :: joue de la guitare, est chanteur et compisteur



MessageSujet: Re: This night is sparkling, don't you let it go ◊ matteo   Mar 11 Juin - 18:13


On me voyait trop comme le mec sans coeur, froid, distant et qui préfère jouer avec les filles. C'est vrai que parfois, je tenais cette impression mais dans le fond j'étais pas méchant. Je me méfiais de tous le monde et ce n'était pas nouveau. C'est sans doute ce qui faisait ma force. Ne jamais rien montrer, tout garder pour moi. Parfois, il m'arrivait de péter des cables. Je ne compte même plus le nombre de fois où j'ai taper dans un mur parce que j'en avais marre. Ouais malgré ma sensibilité, je peux également me montrer violent. Très violent même. J'eus un sourire en entendant la réponse de Neelàh. Je lui lança:

« Nan mais toutes les filles sont folle des mecs qui joue d'un instrument, c'est tout. » Regardant toujours la rivière, j'écoutais sa réflexion. Je posa mon regard sur elle et lui dis: « Je suis jamais tombé amoureux. » Je reporta mon regard sur l'eau et ajouta: « Et ca ne risque d'arriver, je ne suis pas du genre à m'attacher et à avoir une relation longue durée comme ça. »

J'étais trop sûr de moi. Dans le fond, je finirais bien par tomber amoureux un jour ou l'autre. Il fallait bien se l'avouer, on tombe tous amoureux à un moment donné. J'avais, ensuite passé mon bras autour de son cou. J'écoutai sa réponse, avant de m'allonger dans l'herbe, remettant ma capuche. Regardant le ciel, je répondis:

« Tu sais, t'as pas à te sentir tout le temps juger par les autres. C'est pas parce que les gens te regardent qu'ils pensent du mal de toi. » Je voulais la rassurer, lui faire comprendre que ces gens étaient des moins que rien, qu'elle ne devait pas se sentir juger par le regard des autres. J'ajoutai par la suite: « J'aime pas la nuit. Enfin c'est pas que j'aime pas, quand j'ai besoin d'être seul pour chanter ou réfléchir, c'est cool parce qu'il n'y a jamais grands mondes ici mais sinon ça me rappel à chaque fois qu'on peut compter que sur soit même à quelques exceptions près. »

Je continuais de regarder le ciel. Je venais de lui dire que je chantais, c'était sortit naturellement comme si tous le monde le savait. En réalité, il n'y avait que deux personnes au courant. Enfin trois maintenant si je compte Neelàh. Je vis alors son téléphone vibré, elle ne répondit pas. Je la regarda et demanda: « Tu réponds pas? »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

A. Neelàh Stone



bienvenue à tuscaloosa baby

Messages : 62
Date d'inscription : 09/06/2013

Un peu plus sur moi
love ::
mes petits secrets :: Le fait d'avoir été harcélé continuellement pendant des années pour son poids.



MessageSujet: Re: This night is sparkling, don't you let it go ◊ matteo   Mar 11 Juin - 20:11



one more night
ft. Matteo and Neelàh
J’avais trop de sensibilité en moi. Il fallait que je me forge une carapace. Enfaites Matteo, c’est ce que je voudrais être un peu. Avoir un passé lourd mais faire abstraction et ne pas le montrer. Malheureusement, je n’étais pas comme ça. J’étais trop faible, ce genre de truc pouvait soit me rendre plus forte et donc être une conne avec tout le monde, soit me rendre faible et avoir le caractère que j’avais. Tuscaloosa était ma chance, je n’avais pas le droit de me louper. Mais c’était rassurant de voir que tout le monde n’était pas comme à Savannah. Le Missouri me manque un peu, ma chambre me manque, tout mes repères ont été chamboulé. Je me suis plongée tête baissée dans l’inconnu, pour avancer, éviter de regarder en arrière et tout faire pour m’en sortir. Etre moi, sans que cela ne gène personne et surtout pas moi. Tuscaloosa, c’était mon symbole de liberté. Je faisais des petits pas, doucement et surement comme avec Matteo. « Nan mais toutes les filles sont folle des mecs qui joue d'un instrument, c'est tout. » Un nouveau sourire, Matteo battait des records ce soir, il était en forme. Je regardais droit devant moi mais je continuais de sourire malgré tout. Je ne sais pas si c’était parce que j’étais libérée du poids de ce « secret » mais je me sentais beaucoup plus naturelle avec lui. A l’aise dirons nous. « Je suis une exception, tu le sais bien et l’exception qui confirme la règle ! » je baisse la tête doucement, mes cheveux virevoltent un peu au vent, j’adore la fraicheur marine. Je ne voulais pas bouger, j’étais trop bien. « Je suis jamais tombé amoureux. Et ca ne risque d'arriver, je ne suis pas du genre à m'attacher et à avoir une relation longue durée comme ça. » Je levais à nouveau ma tête vers le ciel. Il n’était jamais tombé amoureux, il avait de la chance, je me retournais vers lui. J’arrivais à distinguer que sa silhouette, je voyais l’ombre de ces cheveux aussi. La lumière me faisait voir une partie de son visage. Je répondis « Franchement, t’as de la chance, moi aussi j’aimerais ne jamais avoir été amoureuse. Ca fait du mal et on se donne de l’espoir pour rien ! » c’était ma vision de l’amour, aussi pessimiste soit-elle. J’espérais vraiment ne pas tomber amoureuse de sitôt, à votre avis pourquoi le terme est tomber amoureux/se hein ? Parce qu’on finit toujours pas se casser la gueule. « Tu sais, t'as pas à te sentir tout le temps juger par les autres. C'est pas parce que les gens te regardent qu'ils pensent du mal de toi. » Il essayait de me rassurer, c’était mignon, je me retournais à nouveau vers lui, je sais qu’il avait raison mais ce n’était pas de ma faute, c’était un automatisme, ça se voit que j’ai des séquelles. Je regarde à nouveau le ciel en disant « Je sais, mais a Savannah, c’était comme ça. Il me faut du temps pour me reconstruire ! C’est nouveau pour moi, l’indépendance, l’amitié.. » et ouais mais c’était agréable franchement. Ensuite il me dit qu’il n’aimait pas la nuit, j’adore personnellement, ça me fait sourire. Voyant comme ça, je serais plus près à me ranger de son côté. C’est vrai que ça rappelle ça. « Y’aura toujours un ami dans l’obscurité, regarde tu es la preuve ! » un petit sourire tout en le regardant, franchement, je suis bien, je voulais que ce moment dure encore un instant, voir même deux ou trois heures. Personnellement personne m’attendait, j’étais seule. Ensuite mon téléphone se mit à vibrer et donc fit de la lumière. « Tu réponds pas ? » Contemplant le ciel, avant de m’allonger aussi parce que je commence à avoir mal au bras et parce que ça assombrit mon visage. « Non, c’est un élément de mon passé auquel je veux tirer un trait ! » répondis-je simplement tout en mettant mes bras sur ma tête.
img onyxeyes@tumblr / code diesel
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Matteo H. Whitaker



bienvenue à tuscaloosa baby

Messages : 73
Date d'inscription : 31/05/2013

Un peu plus sur moi
love :: Personne, j'veux pas m'attacher
mes petits secrets :: joue de la guitare, est chanteur et compisteur



MessageSujet: Re: This night is sparkling, don't you let it go ◊ matteo   Mar 11 Juin - 20:38


Continuer d'avancer quand on a des bâtons dans les roues, c'est jamais facile. On en bave, on en veut à la Terre entière, on se demande ce qui cloche réellement chez nous. Plus jeune je m'étais poser la question. En fait, ce n'était pas moi qui avait un problème, c'était les autres. Tout ceux qui m'ont accueillis pour quelques semaines chez eux avant de me faire retourner à l'orphelinat avec toujours une bonne excuse. Au final, heureusement que j'avais eu la musique pour me sortir de là. C'était le seul moyen d'exprimer ce que je ressentais vraiment. J'écoutais la réponse de Neelàh, je souris. Je posa mon regard sur elle et lui dis:

« Je sais que t'es une exception, mais sait-on jamais... »

Je la regarda durant quelques minutes puis reporta mon attention sur l'eau. Je lui avais dis que je n'étais jamais tombé amoureux et que ça n'arriverait sûrement jamais. J'avais peur de m'attacher, peur de souffrir, peur qu'une fille puisse me briser le coeur. Je savais que je ne serais pas assez fort pour surmonter une épreuve comme celle-là. Regardant toujours la rivière, je répondis:

« Ou c'est peut-être toi qui a eu de la chance. Ca t'as peut-être fait souffrir parce que c'était pas le bon ou tout simplement parce que c'était le dernier des connards mais au moins tu sais ce que c'est que d'aimer quelqu'un. » Je marqua une pause et ajouta, d'une voix presque inaudible: « Moi ça n'arrivera jamais... »

Allongée dans l'herbe, je regardais le ciel tout en écoutant ce que Neelàh me disait. Qui aurait cru que j'allais passer une soirée comme celle-là? Une soirée où j'allais me confier pour la première fois à quelqu'un qui n'était pas ma meilleure amie? J'aurais sûrement rigoler si on m'avait dit ce qui arriverait. Je tourna alors ma tête vers Neelàh et répondit:

« Je comprends, mais t'es pas à Savannah. Ici je dis pas que personne ne te jugera parce que t'auras toujours un con pour le faire, mais tu verras, ils sont sympa les gens. Et puis, tu sais que tu peux compter sur moi, si jamais t'as un soucis avec quelqu'un ou quoi. »

Je continuais de la regarder, puis reporta mes yeux sur le ciel étoilé. Sa phrase me fit sourire. Ce n'était pas totalement faux. Je lui dis, pour rigoler bien entendu:

« Ou ça se trouve t'es un ange et genre t'es descendu sur Terre pour je ne sais quoi et demain tu te seras envolée et j'aurais plus personne. »

Je fis une mine boudeuse en regardant Neelàh. Ouais je pouvais partir dans de sacré délire quand je m'y m'étais mais c'est ce qui faisait mon charme aussi. Quand elle me dit que c'était quelqu'un de son passé, je la regarda et lui dis: « Vas-y, je décroche moi, j'vais lui parler. » Bien sur je rigolais.Enfin, pas tant que ça au final. On savait jamais, me connaissant.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

A. Neelàh Stone



bienvenue à tuscaloosa baby

Messages : 62
Date d'inscription : 09/06/2013

Un peu plus sur moi
love ::
mes petits secrets :: Le fait d'avoir été harcélé continuellement pendant des années pour son poids.



MessageSujet: Re: This night is sparkling, don't you let it go ◊ matteo   Mar 11 Juin - 21:38



one more night
ft. Matteo and Neelàh
Toute mon enfance, on m’a mis de doux conte de fées dans la tête. Que les bons seront toujours récompensés, les méchants seront toujours punis. Ce qui est marrant dans les contes, c’est que ça arrive rapidement et la princesse trouve son prince et en tombe éperdument amoureux. On a tous entendu l’histoire de Cendrillon ou de Blanche-Neige. Les contes ne disent pas comment la vie peut-être injuste, comment passer du bonheur le plus complet au plus profond désespoir est tellement rapide. Comment la petite fille en moi et en toutes les victimes de harcèlement est obligé de grandir vite et de se rendre compte que la vie n’est pas aussi rose qu’on nous le fait croire quand on est enfant. D’autres comme Matteo et tous les enfants abandonnés l’ont su bien plus vite que moi. Il n’y a pas de princesses, pas de princes, pas de château mais une lutte constante. On s’acharne toujours sur les plus faibles, c’est le message qu’on fait passer depuis des années.. « Je sais que t'es une exception, mais sait-on jamais... » Je ne compte pas tomber amoureuse, ça me fait peur, de m’attacher encore et d’être terriblement déçue, avoir ce mal. Cette peur, cette souffrance qui te prend aux tripes et qui ne te donne plus la force de rien pendant quelques jours ou des semaines pour certaines personnes. Matteo se confiait à moi comme jamais il ne l’avait fait. Je le connaissais depuis mon arrivée presque, j’avais vraiment l’impression qu’on avait énormément besoin de parler tous les deux à quelqu’un. « Ou c'est peut-être toi qui a eu de la chance. Ca t'as peut-être fait souffrir parce que c'était pas le bon ou tout simplement parce que c'était le dernier des connards mais au moins tu sais ce que c'est que d'aimer quelqu'un. » Je me retournais vers lui, il chuchota un truc que j’ai eu du mal à déchiffrer, je les déchiffrais qu’à l’intonation de son murmure. Ce n’était pas facile. Il n’avait pas foi en l’amour, comme moi mais nos raisons étaient différentes. Je pris une grande inspiration, je ne devais pas non plus le dépeindre un visage de l’amour trop négatif. Quand la fin n’est pas prononcée, l’amour a quand même du positif. Je lui dis ensuite « Tu sais, sois pas si négatif, le jour ou tu trouveras cette fille. Tu sentiras ton cœur battre comme un fou, tu ferais tout pour qu’elle t’esquisse un sourire, tu serais capable de tuer le connard qu’essaierait de la prendre. Tu voudras tout le temps être avec elle. La façon dont tu la regarderas sera unique. Et je peux te dire que cette fille là sera chanceuse. Mais ne te précipites pas et puis tu sauras. C’est ce que j’ai ressenti quand je suis tombé amoureuse, même s’il m’a brisé, il m’a redonné espoir, et je commençais à avoir confiance avec lui, c’était nous contre le monde et personne ne pouvait changer ça. Après les disputes seront sans importance, le principal, c’est vous. » je lui fis un petit sourire, je pouvais rêver moi-même à ces belles paroles, d’aimer et d’être aimer comme ça à nouveau. Ca faisait du bien de parler à quelqu’un, franchement. C’était reposant et ça calmait mon esprit peu à peu. Matteo me rappela ensuite que je pouvais compter sur lui et il essayait de me rassurer à nouveau. Il était patient le pauvre, je ne sais pas comment il fait pour ne pas se décourager, la fille sans confiance, ça me gonflerait. « C’est gentil, t’es adorable ! » je devais forger mes propres armes. Je devais me battre moi-même et essayer de m’endurcir, bon, c’était pas facile mais je devais y arriver pour moi. Les remarques ne devaient plus m’atteindre aussi facilement.. « Ou ça se trouve t'es un ange et genre t'es descendu sur Terre pour je ne sais quoi et demain tu te seras envolée et j'aurais plus personne. » Je souris dans l’obscurité, obligé, je relevais la tête quelques instants avant de me remettre comme j’étais avant. « Non, non, je serais toujours là, viens sonnez à ma porte demain si tu veux ! Bon je te garantis pas l’état si tu me réveilles. »Noah essayait de m’appeler mais comme tout le temps, je décidais de ne pas répondre. Ca servait à quoi au fond ? Hormi pour me faire du mal. « Vas-y, je décroche moi, j'vais lui parler. » Je ne savais pas s’il avait l’air sérieux ou pas. Je le regardais en disant doucement « Non, je ne veux pas t’attirer des ennuis, il finira bien par se lasser.. Et puis sérieusement, un ange, c'est plus beau que ça voyons. » Je repensais à sa réplique précédente. je l’espérais du plus profond de mon âme car à chaque fois, c’est moi qui souffrait.
img onyxeyes@tumblr / code diesel
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Matteo H. Whitaker



bienvenue à tuscaloosa baby

Messages : 73
Date d'inscription : 31/05/2013

Un peu plus sur moi
love :: Personne, j'veux pas m'attacher
mes petits secrets :: joue de la guitare, est chanteur et compisteur



MessageSujet: Re: This night is sparkling, don't you let it go ◊ matteo   Mar 11 Juin - 22:02


L'amour s'était quelque chose d'abstrait pour moi. J'y croyais pas. Qui voudrait d'un mec comme moi, qui refuse de parler de lui, qui passe plus de temps seul dans son coin à jouer de la guitare et qui peut se montrer violent, sincèrement? Je suis difficile à cerner et les filles m'aiment bien pour mon physique. Je préfère les histoires sans lendemain, je ne m'attache pas, je ne souffre pas. Certains vous diront que je suis le dernier des connards d'agir comme ça mais j'ai pas envie de souffrir. J'écoutais ce que me disait Neelàh. Elle n'avait pas tort, un jour peut-être que je trouverais une fille. Je répondis alors:

« Ouais, sauf que je ne la laisserai jamais entré dans ma vie, j'pense que je ferais tout pour ignorer mes sentiments. Je suis pas prêt pour ce genre de relation. T'as le droit de te foutre de ma gueule mais ça me fait peur. Et puis, faut qu'elle me supporte, moi, mon côté solitaire et tout ce qui va avec. »

Il était vrai que j'étais difficile à cerner, difficile à supporter. Et puis, la plupart des filles qui voulaient sortir avec moi c'était simplement parce que je suis beau gosse. C'est aussi pour ça que j'ai pas envie de m'attacher. En fait, je crois que je faisais partis de ces gens qui resteront célibataire toute leur vie. J'étais tellement sûr de ne jamais tombé amoureux mais qui sait? Je souris alors quand j'entendis la phrase de Neelàh. C'était l'une des rares personnes avec qui j'avais baissé ma garde, à qui je m'étais confié. Sa phrase d'après, me fit encore plus sourire. Je répondis:

« Nan je te réveillerais pas, je rentrerais discrètement par la fenêtre et j'attendrais que tu te réveilles. »

Je lui souris puis regarda de nouveau le ciel. Le téléphone de Neelàh sonna. Elle ne décrocha pas, je lui proposa de décrocher à sa place. Après qu'elle m'ait répondu, je lui dis:

« M'attirer des ennuis? J'ai fait pire que de parler à quelqu'un au téléphone tu sais. Mais c'est comme tu veux, j'veux pas te forcer» Je me rappelle le nombre de bagarre que j'avais pu déclencher pour trois fois rien. J'avais encore des marques de certaines de ces bagarres d'ailleurs. Quoi qu'il en soit, je n'allais pas forcer Neelàh, si elle ne voulait pas tant pis.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

A. Neelàh Stone



bienvenue à tuscaloosa baby

Messages : 62
Date d'inscription : 09/06/2013

Un peu plus sur moi
love ::
mes petits secrets :: Le fait d'avoir été harcélé continuellement pendant des années pour son poids.



MessageSujet: Re: This night is sparkling, don't you let it go ◊ matteo   Mer 12 Juin - 12:25



one more night
ft. Matteo and Neelàh
Ca faisait longtemps que je ne m’étais pas sentie aussi calme intérieurement. D’habitude mon cerveau marchait à 150 à l’heure pour que je me contrôle, que je n’en dise pas trop sur mon passé. Le fait d’observer la lune en toute simplicité, c’était cool aussi. On parlait des relations amoureuses, je ne crois pas que c’était le sujet à aborder avec moi, pourtant j’essayais d’être neutre et ne pas trop tenir compte de ma propre expérience. « Ouais, sauf que je ne la laisserai jamais entré dans ma vie, j'pense que je ferais tout pour ignorer mes sentiments. Je suis pas prêt pour ce genre de relation. T'as le droit de te foutre de ma gueule mais ça me fait peur. Et puis, faut qu'elle me supporte, moi, mon côté solitaire et tout ce qui va avec. » ’avais une expression neutre sur le visage. Je ne le jugeais pas, je ne voulais pas rire, je comprenais tout à fait. Moi non plus, je n’étais plus prête pour vivre ça. Le premier échec avait trop été cuisant. Le fait qu’il se foute de moi, ça m’a refroidie. Je ne sais pas si c’était pire le fait qu’il me trompe ou que ce n’était qu’un stupide pari pour intégrer une équipe de foot minable en plus. Enfin d’un côté, la tromperie c’est quand même se foutre de l’autre personne. « Tu sais, tu verras bien quand tu seras prêt, tu le sentiras. Si la fille t’aime, elle supportera ton côté solitaire et tout ce qui vas avec mais toi aussi tu devras faire des concessions, c’est comme ça que ça marche un couple.. » j’avais répondu ça d’une voix très calme et douce qui se voulait rassurante. Je levais les yeux vers lui en lui faisant un petit sourire, je ne sais pas s’il y voyait quelque chose avec la nuit qui était tombé. Enfin bon, je me concentrais à nouveau sur les étoiles. Ca faisait longtemps que je n’étais pas sorti comme ça ou plutôt que j’avais pris le temps d’observer le ciel. Je ne voulais pas être nulle part à ce moment là. J’avais envie de voyager et de me perdre dans les étoiles mais je gardais les pieds sur terre pour écouter Matteo. « Nan je te réveillerais pas, je rentrerais discrètement par la fenêtre et j'attendrais que tu te réveilles. » Je souris à ces paroles, fallait avouer que c’était mignon quand même. Je le regardais un instant, avant de plonger mon regard dans le sien mais de dérivait d’un coup d’un seul vers le ciel. « C’est trop mignon ! Mais bon, je ne voudrais pas que tu te casses une jambe par ma faute, je peux mettre un double des clés sous le paillasson ou l’un des pots de fleurs. ! » lui dis-je en souriant, puis tous les regards étaient sur mon portable. Je ne voulais pas répondre, parce que je ne voulais pas l’entendre. Je voulais couper tous les ponts avec mon passé, hormis avec mes parents bien sûr et ma famille. Matteo voulait répondre, mais je n’étais pas trop pour mais si c’était un bon point pour qu’il me laisse tranquille, pourquoi pas. Je regardais Matteo en baissant la tête et en lui tendant le téléphone. « Sois pas trop dur ! » ouais j’arrivais quand même à être gentille. Ma main tremblait à moitié. J’appuyais sur le bouton répondre et j’attendais la suite.
img onyxeyes@tumblr / code diesel
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Matteo H. Whitaker



bienvenue à tuscaloosa baby

Messages : 73
Date d'inscription : 31/05/2013

Un peu plus sur moi
love :: Personne, j'veux pas m'attacher
mes petits secrets :: joue de la guitare, est chanteur et compisteur



MessageSujet: Re: This night is sparkling, don't you let it go ◊ matteo   Mer 12 Juin - 17:06



Ca me touchait qu'elle arrive à me faire confiance. Qu'elle se rende compte au fond d'elle qu'elle pouvait compter sur quelqu'un. C'était vraiment une fille en or, une fille qui ne mérite pas tout ce qu'elle a subit. Mais certains en ont décidé autrement. Dans le fond, ce n'est pas de sa faute, si elle est tombée sur une bande connard qui ne jure que par leur soi disant supériorité. En y réfléchissant bien, se balader de foyer en foyer ce n'était pas si grave. Etant petit, je m'y étais fait. J'avais quand même eu la chance de tomber sur ce couple italien qui avait tout fait pour que je sois bien, que je me sente chez moi. On para ensuite des relations amoureuses, chose que je ne connaissais pas. Ouais, c'était difficile à croire qu'à 21 ans, je n'ai jamais d'histoire sérieuse, que des coups d'un soir mais c'était comme ça. J'étais comme ça et j'étais persuadé qu'aucunes filles ne pourraient percer ma carapace jusqu'à avoir assez confiance en elle pour qu'elle devienne ma copine. J'écoutais ce que me disait Neelàh. Je répondis alors:

« Ouais je sais... De toutes façons, ce n'est pas prévu au programme le fait que je tombe amoureux. »

Je lui souris puis regarda de nouveau le ciel. Je lui dis ensuite que j'allais sûrement passé chez elle le lendemain ou dans les jours qui suivent pour m'assurer que ce n'était pas un ange tombé du ciel qui allait repartir. Je lui dis aussi que je passerais par la fenêtre pour ne pas la réveiller. Je soris lorsqu'elle me dit qu'elle mettrait un double des clés sous le paillasson ou sous le pot de fleur. Comme dans les film. Je répondis:

« C'est pas super prudent mais si tu veux, ça me facilitera la tâche. »

Je lui souris et reporta mon regard sur le ciel lorsque son téléphona vibra. Je lui proposa de répondre à sa place, je pensais qu'elle allait dire non mais elle accepta. Je me releva, me mis assis dans l'herbe et pris le téléphone: « Allo? » je ne laissa même pas le temps à mon interlocuteur de dire quoi que ce soit, que j'enchainais déjà: « J'pense sincèrement que t'es assez intelligent pour comprendre ce que je vais te dire et écoute bien parce que je le dirais qu'une fois et très calmement: j'veux pas savoir la raison pour laquelle tu l'appelles, la seule chose que tu dois savoir c'est qu'elle veut pas te parler et encore moins te voir. Oublie là, ça vaudra mieux pour toi et surtout pour elle. » Il allait me répondre mais je lui raccrocha au nez. J'avais plus envie de l'entendre, en deux secondes il m'avait déjà pris la tête. Je rendis son portable à Neelàh et lui dit:

« J'te jure ce mec il se pointe ici, il aura le droit à un aller simple à l'hôpital. »

Quand je disais ce n'était pas pour rien. Je savais que s'il débarquait à Tuscaloosa, ça se passerait pas bien. Et je n'étais pas le genre de mec avec qui on s'explique calmement. Quand on me cherche, on me trouve en général.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

A. Neelàh Stone



bienvenue à tuscaloosa baby

Messages : 62
Date d'inscription : 09/06/2013

Un peu plus sur moi
love ::
mes petits secrets :: Le fait d'avoir été harcélé continuellement pendant des années pour son poids.



MessageSujet: Re: This night is sparkling, don't you let it go ◊ matteo   Mer 12 Juin - 18:18



one more night
ft. Matteo and Neelàh
On parlait d’amour, franchement, ce n’était pas mon sujet favori mais je pense qu’on doit en parler entre copains. On ne pouvait pas en parler à tout le monde, donc je me disais que si Matteo m’en parlait c’est qu’il avait un minimum confiance en moi et ça me touchait. On avait un passé très lourd tous les deux, c’est ce qui nous rapproche encore plus. J’étais bien contente d’être sortie de ce cercle vicieux du harcèlement. Maintenant, j’avais des efforts aussi à fournir sur mon caractère, comme m’endurcir un peu. Ne plus laisser personne m’atteindre aussi facilement. Je voulais ce grand changement et ça me ferait vachement du bien. L’amour, je l’avais vécu qu’une fois réellement. Oui comme toute les filles, je suis tombé amoureuse du plus beau garçon de mon école qui avait le smile Colgate, des cheveux à rêver, un charisme de fou, mais c’est pas ce que j’appelle de l’amour mais de l’attirance physique. Un truc qui n’a jamais été réciproque. « Ouais je sais... De toutes façons, ce n'est pas prévu au programme le fait que je tombe amoureux. » je regardais le ciel et mon visage était toujours neutre, c’était dommage le fait qu’il se ferme comme ça. Au fond Matteo n’était pas méchant et il pourrait satisfaire une femme. Franchement, il était super sympa, la preuve, il n’avait pas honte d’être avec moi. J’étais vraiment contente de l’avoir comme ami. « Tu sais l’amour, ça se commande pas. Un jour ça te tombe dessus au moment où tu t’y attends le moins. C’est ce que m’a toujours dit ma mère ! » Mes parents étaient un peu mes modèles, ils vivaient un bonheur sans failles depuis des années. Ils travaillent dans le même hôpital mais ils sont overbooké qu’au fond ils ont toujours un truc à se raconter même à la maison, mes parents étaient incontestablement le stéréotype de la famille heureuse enfin du couple heureux. On partait ensuite dans un délire, c’était cool. Je souriais. Je continuais de contempler les étoiles lorsqu’il me répondit. « C'est pas super prudent mais si tu veux, ça me facilitera la tâche. » Pas faux mais bon, c’était moins irresponsable que de ne pas verrouiller la porte. Chose impensable, je suis trop méfiante pour ça. Je souris et je répondis ensuite « Pas faux, au pire, tu gardes le double des clés au moins, si un jour je me fais agressée, tu peux venir directement et ouvrir à la police ! » bon j’imaginais le pire. En même temps, j’étais assez pessimiste comme fille, j’avais besoin qu’on me redonne un peu le sourire, en ce moment, j’avoue qu’il réapparait un peu plus depuis que je suis à Tuscaloosa. Je me sens beaucoup mieux et beaucoup plus motivée à voir l’avenir plus sereinement, loin de mes bourreaux.
Matteo avait désormais mon téléphone, j’avais une boule dans le ventre. Je voulais qu’il me laisse tranquille mais pour cela, je n’avais pas hésité à mêler mon nouvel ami dans mes anciennes histoires, mon comportement était peu glorieux. Je baissais la tête tandis que je l’entendais parler avec mon ex à l’autre bout du fil. Il venait de le mettre en garde mais je ne suis pas sur que mon ex entende cela de la même oreille que lui. La conversation téléphonique avait duré moins de trente seconde et Matteo me rendit mon portable, je le remerciais par politesse et je l’entendis me dire. « J'te jure ce mec il se pointe ici, il aura le droit à un aller simple à l'hôpital. » Je regardais Matteo et je n’étais pas du tout d’accord avec lui. Je ne voulais pas qu’il fasse une connerie par ma faute, s’il lui arrivait quelque chose, je culpabiliserais à mort. Je lui répondis « Non, on l’ignorera, je ne veux pas que tu te mettes à dos la justice ou qu’il t’arrive malheur par ma faute. Tu vaux beaucoup mieux que ça ! » Je le regardais dans les yeux, enfin, j’essayais, je ne vois pas très bien avec la nuit.
img onyxeyes@tumblr / code diesel
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé



bienvenue à tuscaloosa baby




MessageSujet: Re: This night is sparkling, don't you let it go ◊ matteo   

Revenir en haut Aller en bas
 

This night is sparkling, don't you let it go ◊ matteo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Le pigment Moonlight Night
» couches Sweet-Night
» One night stand
» sweet night
» Déception fard Nars "Silent night"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Tuscaloosa :: LA VILLE :: LITTLE CAHABA :: Little Cahaba River-